La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Errances parisiennes

novembre 2015 | Le Matricule des Anges n°168 | par Eric Bonnargent

De Rétif de La Bretonne à Jacques Réda, en passant par Léon-Paul Fargue ou Henri Calet, nombreux sont les écrivains à avoir arpenté les rues de Paris. Comme ses illustres devanciers, Sophie Pujas aime se laisse happer par la rue : « Parfois, écrit-elle, la rue m’appelle – manie de solitaire. J’erre – c’est mon vice secret, ma dinguerie, mon ivresse. Je marche, créature de hasard, avide d’égarement, guettant avec amitié la fatigue, la pesanteur du corps comme un étourdissement. » Pujas ne croque ni les décors ni les ambiances, mais des tranches de vie. Avec une sensibilité qui lui fait dire que « le difficile est de ne pas aimer les gens. De ne pas voir leurs grâces, leurs failles, leurs bravades », elle regarde et raconte cent petites histoires, réparties en quatre parties, en quatre saisons.
Touchants, tristes ou amusants, ces récits disent la profonde solitude de ces êtres que nous croisons ici et là. Celle, par exemple, de ce contrôleur de la RATP qui ressent une bouffée d’angoisse à l’idée d’être au mieux ignoré ou méprisé, au pire haï et insulté par les passagers du bus dans lequel il s’apprête à monter. Et que dire de ce SDF de la rue de l’Odéon : « Pas de domicile fixe ? La belle blague. Cela fait huit ans qu’il est là. Sur la même bouche d’aération. Fixant la vitre du même café. Les passants vieillissent et meurent. Il est éternel, pris dans une trappe du temps. » À l’heure où « chaque pas doit avoir un but », on s’aperçoit grâce à Sophie Pujas que « s’égarer est un art de vivre », que la poésie est partout, à condition de savoir s’en saisir.
Éric Bonnargent

Maraudes De Sophie Pujas
L’Arpenteur, 162 pages, 16

Errances parisiennes Par Eric Bonnargent
Le Matricule des Anges n°168 , novembre 2015.
LMDA papier n°168
6.50 €
LMDA PDF n°168
4.00 €