La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Charlotte Salomon, par elle-même

novembre 2015 | Le Matricule des Anges n°168 | par Sophie Deltin

Voici enfin publiée, pour la première fois et dans son intégralité, l’œuvre de cette artiste juive allemande réfugiée dans le sud de la France et déportée à l’âge de 26 ans à Auschwitz. Une édition imposante qui rend justice à l’audace d’un talent éminemment original.

Vie ? Ou théâtre ?

L’aura tragique de son destin aura inspiré romanciers (David Foenkinos, mais avant lui et de façon plus pénétrante, Bruno Pedretti, La Jeune fille et la mort, Robert Laffont, 2006), cinéastes et compositeurs d’opéra. Les éditions Le Tripode nous donnent désormais les moyens d’apprécier le génie protéiforme d’une artiste inclassable. Vie ? ou Théâtre ?, Charlotte Salomon l’a composé dans l’urgence, alors que contrainte par les persécutions nazies en janvier 1939, peu après la Nuit de Cristal, elle fuit Berlin pour rejoindre ses grands-parents maternels en France, non loin de Nice. C’est dans la propriété d’Ottilie Moore, une riche Américaine qui accueille des réfugiés, qu’ils trouvent asile. En mars 1940, sa grand-mère se défenestre devant ses yeux. Elle a 23 ans. C’est après ce terrible événement que son grand-père lui révèle la malédiction qui frappe sa famille depuis plusieurs générations : bien avant sa grand-mère, sa tante maternelle (dont elle porte le prénom) puis sa mère (qu’elle croyait morte d’une grippe) ont mis fin à leurs jours, à l’instar d’autres parents dépressifs et mélancoliques. La guerre désormais alourdie par la brutale révélation des suicides en série fait redouter à Charlotte l’imminence de sa propre mort – de sa folie. Avant d’appartenir à l’Histoire, son malheur n’est-il pas déterminé par une « prédisposition » de la nature ? La conscience de sa filiation, du legs inscrit jusque dans son sang, ne l’accule-t-elle pas, elle, le rejeton de la lignée, à répéter le geste funeste ? « Elle se vit donc placée devant ce choix : mettre fin à ses jours ou bien entreprendre quelque chose de vraiment fou et singulier » écrira-t-elle rétrospectivement. Contre la malédiction des généalogies qui prennent valeur de destinées, contre l’infernale chaîne suicidaire, contre son grand-père qui s’acharne à la condamner d’avance, Charlotte Salomon choisit l’art – cette fenêtre par laquelle elle se sauve corps et âme. En moins de deux ans, la mort aux trousses, et grâce à la complicité de sa bienfaitrice Ottilie, la dédicataire de son œuvre, elle va créer sans relâche, inventant sa propre issue. Par ce geste extraordinaire, c’est bien une fureur de vivre inouïe que Charlotte Salomon affirme. Un parcours de salut de plus de 700 gouaches, depuis la première qui montre le suicide de sa tante en 1913 jusqu’à celle où, en 1940, ayant pris le parti de la vie, elle se représente face à la mer en train de peindre un tableau vide, avec écrit sur le corps le titre de son œuvre : « Leben ? oder Theater ? »
Tout à la fois récit pictural, représentation scénique et drame musical, l’œuvre de Charlotte Salomon est davantage qu’un roman graphique. C’est en effet une peintre musicienne qui imagine son histoire, volontiers conçue comme « une opérette » (un Singspiel) ; en cela, une œuvre d’autofiction inédite, à lire autant qu’à voir et écouter. Aux gouaches, peintes avec seulement trois couleurs, se trouvent associées des feuilles calques où sont annotés...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°168
6.50 €
LMDA PDF n°168
4.00 €