La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Renverse du souffle

octobre 2016 | Le Matricule des Anges n°177 | par Christine Plantec

Poème aux allures de chant déboussolé, Au nord du futur de Christophe Manon emporte le lecteur dans une aventure revigorante.

Au nord du futur

Empruntant son titre au poème Dans les fleuves de Paul Celan, Au nord du futur produit dès l’abord un effet d’étrangeté, une image à la limite de la représentation. Or c’est de cette collision de l’espace et du temps que Christophe Manon se propose de partir afin d’en explorer l’étendue en un ensemble tripartite.
« Nous n’étions rien c’était / il y a longtemps nous gardions chaque os / pour l’avenir faisions / métier d’ignorance dos ployé sous le poids de l’histoire ». Le premier chapitre du livre est une évocation vigoureuse et plaintive d’un passé dont on ne parvient pas à établir les contours tant le refus de l’anecdote y est systématique. La charge épique des 25 poèmes, largement accentuée par le recours à l’imparfait, place provisoirement les blessures antérieures de l’Histoire du côté d’un avant à jamais enterré. Pourtant la langue affolée, jouant du rejet et de la syncope, nous rappelle que la barbarie n’est pas le fait d’un autre âge. Et qu’elle peut muer les passions tristes en une joie incandescente : « Qu’est-il / le chant sinon cette parole hésitante et boiteuse d’un / qui s’adresse et s’incarne et porteur / d’une pensée qui s’invente mais / s’ignore ». Parole qui dans l’affolement de son dire jette au-delà d’elle-même des idées et des mots comme pour dessiner les prémices d’une utopie, puissance d’un mouvement qui n’existe pas encore mais dont la possibilité d’y croire est essentielle. Ainsi, le deuxième chapitre, Au milieu de la nuit, le jour, est-il la figuration de ce point d’incandescence aux allures d’adresse amoureuse. Néanmoins, c’est encore à « une méditation  » sur l’aujourd’hui à laquelle Manon procède, « chant ténu dont les signes s’inscrivent aux marges du sensible ». Si cette autre collision, que l’on nomme « rencontre » entre deux êtres, permet à chacun « de se réinventer » et de renouveler « sa belle plasticité  », elle fonde autant la possibilité d’une métamorphose existentielle que politique.
L’ultime chapitre s’ouvre alors sur une autre manière de nommer « la passion du réel  ». Chaque page y décline un poème dont la graphie incommode l’œil et dessine des perspectives. Beauté et inconfort de lecture y cohabitent, façon de rappeler que si l’exigence de lucidité mène à l’accablement, elle est une manière «  d’éprouver / la sensation / d’être en vie  » quand bien même on ne sait si le murmure que l’on perçoit est la promesse d’un éblouissement ou l’expression de ses cendres.

Christine Plantec

Au nord du futur, de Christophe Manon
Éditions Nous, 101 pages, 15

Renverse du souffle Par Christine Plantec
Le Matricule des Anges n°177 , octobre 2016.
LMDA PDF n°177
4.00 €
LMDA papier n°177
6.50 €