La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Ma maîtresse forme, de Sophie Loizeau

mai 2017 | Le Matricule des Anges n°183 | par Richard Blin

Une sensation nue de la vie, un sens aigu des rythmes et des rapports qui s’établissent entre un corps et un lieu, une façon d’entremêler intimement la nature à une intériorité, il n’y a que Sophie Loizeau pour réussir cette union entre l’universel et l’intime.
La maîtresse forme qu’annonce le titre caractérise l’essence de cette relation, le tour particulier qu’elle prend dans cette façon d’éprouver le réel, de vibrer au diapason des éléments, de la forêt, des bêtes. « S’identifier aux bêtes est / le seul moyen d’évolution ». Une manière aussi de pénétrer profondément dans la qualité de certaines heures, d’évoquer les lieux de l’écriture, l’enracinement et la filiation, le souvenir et le deuil. Une poésie qui cherche à saisir ce qui se passe aux affleurements de la perception et en avant de la pensée. Et ce, en abordant autrement notre réel, en le restituant sous l’effet d’autres découpages, en découvrant des positions inouïes du sujet dans l’énonciation. « Libera me des tâches // hors celle d’écrire elle étant / la liberté toute nue // car je n’ai pas comme l’homme qui écrit d’épouse / d’ange / sur les épaules les ailes de qui / décharger tout le poids de la vie domestique ».
Mais ce qui singularise d’abord ce livre c’est qu’il est bilingue, écrit/parlé, offrant à chaque page deux versions du même texte, l’un en langue écrite, l’autre en langue dite, donnant à entendre la complexité des forces désirales qui l’animent. De l’écrit à l’oral, le texte se fait « partition », une partition « faite à ma bouche », précise Sophie Loizeau qui ajoute qu’ainsi, la lire, « c’est accepter de mettre sa bouche dans ma bouche ». Ce qui est dire aussi combien la voix est une peau, un principe de liaison qui la met du côté d’Éros, qui la métaphorise en corps de désir comme chacun des sept livres signés Sophie Loizeau.

Richard Blin

Ma maîtresse forme, de Sophie Loizeau
Champ Vallon, 96 pages, 13

Ma maîtresse forme, de Sophie Loizeau Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°183 , mai 2017.
LMDA papier n°183
6.50 €
LMDA PDF n°183
4.00 €