La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Jorge Luis Borges
Penser le labyrinthe borgésien

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Thierry Guichard

En 2006, le philosophe Jean-Clet Martin consacrait un livre à Borges dans lequel il dévoilait de nouvelles façons de penser l’existence à partir de l’univers de l’Argentin, de ses mythes et fictions.

Grand lecteur de Derrida, Deleuze ou Nancy, observateur attentif de la peinture, le philosophe et romancier (deux fictions ont paru chez Léo Scheer), Jean-Clet Martin a trouvé dans l’œuvre de Jorge Luis Borges les sentiers multiples d’une autre manière de penser le monde contemporain. S’attachant, en tant que philosophe, au thème du labyrinthe, Jean-Clet Martin déploie une pensée de la déconstruction en ce qu’elle implique une recréation. L’auteur de Multiplicités (qui vient de paraître dans la collection « Bifurcations » qu’il dirige) a répondu sans atermoiements à nos questions, dans une courte série d’échanges roboratifs.

Jean-Clet Martin, qu’est-ce qui a conduit le philosophe que vous êtes à écrire un livre sur Borges ?
Au fil de ma lecture de Foucault et Deleuze, auxquels on pourrait associer Derrida, la figure de Borges s’est imposée à moi de façon majeure. Je veux dire que Borges apparaît rapidement comme la proposition d’une autre façon de penser. Il crée une « image de la pensée » capable de nous entraîner vers de nouveaux problèmes dont le labyrinthe fait partie – et peut-être l’idée d’un univers multiple, d’un « plurivers », un mot de William James, l’auteur préféré de son père dont Borges connaissait par cœur la bibliothèque. D’autres auteurs vont croiser son chemin. Borges est né un an avant la mort de Nietzsche. Cela m’a frappé parce que ce dernier constitue une référence incontournable dans les philosophies de l’existence, notamment celle de Jaspers et d’une manière plus polémique celle de Heidegger. Au point que dans les années 60 l’œuvre de Nietzsche explose et donnera lieu à un livre remarquable de Deleuze, Nietzsche et la philosophie. Mais au même moment se produit un événement notable quoiqu’assez peu commenté. Le voici : Foucault dans Les Mots et les choses ouvre toute son analyse par Borges, par une référence étrange à une Encyclopédie chinoise à partir de laquelle on ne peut plus penser un espace commun, un lieu de rencontre ou même un support (comme une table sur laquelle ranger des éléments disparates). La table est elle-même fêlée. Curieusement, un des premiers séminaires de Derrida sur la déconstruction de Heidegger se réfère lui aussi à Borges. Cela se produit autour de la métaphore et je crois que la manière dont Borges envisage la métaphore (notamment par sa compréhension des Kennigars) ne quittera plus les lectures philosophiques de Derrida, attentif à ce qui tombe dans les marges ou le double fond métaphorique subi par les philosophes comme à leur insu.
Deleuze, pour sa part, consacre tout un chapitre ou une série de Logique du sens à Borges. Il s’agit de la courte fiction sur la bifurcation, Le Jardin aux sentiers qui bifurquent dont Gilles, sur lequel j’avais le plus travaillé, explore l’étrange distorsion temporelle, la nouvelle image du temps qu’elle propose en mordant sur l’éternité.

Votre ouvrage est sous-titré « Une biographie de l’éternité » mais, plus qu’une...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €