La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Journal pauvre

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200 | par Franck Mannoni

Pendant un an, entre juillet 2015 et juin 2016, Frédérique Germanaud a tourné le dos au travail salarié pour se consacrer pleinement à l’écriture, vivant d’économies et de collaborations ponctuelles. Il en naît ce Journal pauvre, qui navigue avec finesse entre l’autobiographie et l’autofiction. D’emblée, l’ambition est posée : « Je ne veux pas d’une pauvreté qui démolit, qui fait suffoquer. D’une pauvreté du manque, de la résignation et de l’ennui ». Il s’agit de lire, de créer, de rencontrer. La résistance au consumérisme s’organise. Un mode de vie qui demande du bon sens et de l’abnégation. L’écrivaine se plonge dans des lectures salutaires : Factotum de Charles Bukowski, Rick Bass et le Dernier Journal du Belge Henry Bauchau. Son ascétisme érudit rend hommage à l’œuvre de Pascal Quignard, qui plane aussi sur cet exil volontaire. En changeant de paradigme, la valeur travail s’ennoblit. Frédérique Germanaud se lance dans une collaboration avec la plasticienne Ilanit Illouz. Ce faisant, elle interroge le passé algérien de sa famille. Une quête qui enrichit sa réflexion sur la mémoire et la commémoration. Un questionnement historique et philosophique percuté de plein fouet par l’actualité : en Méditerranée, des milliers de migrants quittent leur pays pour un autre, en y laissant souvent la vie. Les thèmes s’entrechoquent, scandés par les haïkus de Bashō et des interrogations sur la création littéraire. Les livres de Frédérique Germanaud fonctionnent en échos. Journal pauvre répond à cet appel lancé par Vianet. La lettre, Quatre-vingt-dix motifs et Courir à l’aube (Lmda N°179) où l’auteure mettait déjà en place ces procédés introspectifs. Toutes ses œuvres confortent son engagement. « Je cherche un rapport simple à l’autre, au monde, à la nature, sans jugement ni morale.  » L’artiste, puisqu’elle peint également, tire de ces voyages intérieurs des textes à la fois intimes et universels, qui renouent avec l’humanisme des origines.

Franck Mannoni

Journal pauvre de Frédérique Germanaud
La Clé à molette, 160 pages, 13,50

Le Matricule des Anges n°200 , février 2019.
LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €