La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Paul Nizan
Sur les traces de Paul Nizan

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Thierry Cecille

ADEN
Après quelques escales – à Port-Saïd, à Port-Soudan – Nizan débarque à Aden à la mi-novembre 1926. Il y demeure jusqu’en mars 1927. Le fantôme de Rimbaud ne semble pas le hanter : il ne le mentionne ni dans ses lettres à Henriette, ni dans Aden Arabie. Si l’on veut le retrouver, aussi bien que Nizan et d’autres voyageurs, commerçants, aventuriers, et exilés, il convient de se plonger dans les Quatre saisons à l’Hôtel de l’Univers de Philippe Videlier, passionnante biographie de cette ville-mythe.

ADEN ARABIE (CELLULE)
En 1967, Jean-Luc Godard enferme cinq acteurs dans un appartement bourgeois pour tourner La Chinoise. Parmi eux, Anne Wiazemsky, Juliet Berto et Jean-Pierre Léaud. Pendant 96 minutes, ils interprètent des révolutionnaires, maoïstes suppose-t-on, qui se révoltent en paroles aussi bien contre la société française d’alors que contre les révisionnistes de tout poil, qu’ils sévissent en URSS ou au PCF. Si le spectateur est suffisamment attentif, il apprendra qu’ils ont nommé leur groupe « Cellule Aden Arabie ».

BAIER
Romancier et essayiste allemand, traducteur de Breton, Sartre ou Nizan, Lothar Baier fait de ce dernier, dans son roman Le Délai (Actes Sud, 1992), une mystérieuse figure fraternelle et fantomatique à la fois. Le narrateur, installé dans une ferme quelque peu abandonnée dans les profondeurs de l’Ardèche, se débat, dans la solitude, avec sa mélancolie, ses regrets, ses projets imprécis. Il lui arrive alors de parler à Nizan et de sentir sa présence ; c’est que Nizan et ses semblables, eux, avaient su vivre et mourir : « Nous voulions vous prouver, à vous, nos vrais pères, que nous n’étions pas des dégénérés ».

CÉLINE
Lors de la publication du Voyage au bout de la nuit, en 1932, Nizan salue « une œuvre considérable », rapproche justement l’itinéraire de Bardamu de ceux des antihéros des récits picaresques espagnols et y voit donc un « roman des gueux ». Mais il ne s’agit pas pour autant d’un « roman révolutionnaire » et Nizan prédit : « Céline n’est pas parmi nous : impossible d’accepter sa profonde anarchie, son mépris, sa répulsion générale qui n’exceptent point le prolétariat. Cette révolte pure peut le mener n’importe où : parmi nous, contre nous, ou nulle part ». Quatre ans plus tard, sa critique de Mort à crédit est bien plus féroce. Il commence, de manière surprenante mais juste par comparer Céline aux écrivains symbolistes : « Là où le symboliste des années 1890 écrivait azur, M. Céline écrit merde. (…) Il s’agit toujours de donner de la réalité une représentation totalement symbolique, à travers les écrans déformants d’un langage concerté ». Mais le grief principal est bien entendu politique : « Il y avait dans le Voyage une inoubliable dénonciation de la guerre, des colonies ; Céline ne dénonce plus aujourd’hui que les pauvres et les vaincus ». Bientôt ce seront les Juifs que Céline vouera à l’extermination.

GRÈCE
En août...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €