La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Vladivostok circus

septembre 2020 | Le Matricule des Anges n°216 | par Yann Fastier

Vladivostok circus

Tout arrive : Nathalie, une jeune costumière francophone à peine sortie de l’école, est engagée par un trio d’acrobates du cirque de Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe. C’est l’hiver, le cirque en dur a fermé ses portes et, le temps d’une morte-saison, elle est chargée de créer les costumes qu’ils porteront lors d’un concours international de galipettes. Version longitudinale du trampoline, la barre russe ne fait pas de cadeaux : la rebondissante Anna doit avoir une confiance absolue en ses partenaires – le vieil Anton, le jeune Nino – seuls à même d’assurer son équilibre et de l’envoyer tutoyer la mort à plus de sept mètres de haut. La confiance, justement ce qui manque à Nathalie, à cheval entre son enfance et la vraie vie, grignotée par l’incertitude et le psoriasis, sur les traces d’un père à la fois volatil et phobique de l’avion. C’est donc auprès de ces trois voltigeurs qu’elle l’apprendra, pas seulement d’ailleurs de leur savoir-faire, mais aussi de leurs propres fêlures qu’elle découvrira peu à peu. « Un bébé apprend plus vite à rester debout qu’un adulte à lâcher prise », conclut Nino à l’issue d’un moment de grâce où, invitée à éprouver la barre, Nathalie découvre presque malgré elle la joie de « s’en remettre aux porteurs » sans avoir à se soucier de son équilibre.
Après L’Hiver à Sokcho (Zoé, 2016) et Les Billes du Pachinko (Zoé, 2018), on retrouvera sans déplaisir les demi-teintes et la discrétion d’une écriture taillée pour l’hiver, pénétrée d’une mélancolie presque langoureuse, et pourtant sans désespoir ni sentimentalisme excessif. Un matin, le soleil est là, « en rond très net dans la brume », qui pourrait servir d’enseigne à ce cirque sans flonflons ni paillettes, un peu râpé comme ce chat qui lui sert de mascotte. Le même soleil, sans doute, qui attend le funambule à l’autre bout de son câble, ou quiconque doit un jour apprendre, comme Nathalie, que « se mettre à voler, c’est d’abord tomber ».

Yann Fastier

Vladivostok circus,
Elisa Shua Dusapin
Zoé, 173 pages, 16,50

Le Matricule des Anges n°216 , septembre 2020.
LMDA papier n°216
6.50 €
LMDA PDF n°216
4.00 €