La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens L’île Leiris

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Éric Dussert

Voué à la double observation des sociétés humaines et de sa nature intime, Michel Leiris a composé un territoire littéraire balisé par la confession et les jeux de l’esprit. Entre abandon et réserve…

Journal, 1922-1989

La Règle du jeu



Contemporain de Raymond Roussel, des surréalistes et d’Artaud, proche de Georges Bataille, Michel Leiris (1901-1990) a traversé un siècle en s’interrogeant sur l’Homme et sur la Lettre. Ethnologue et écrivain, essayiste et prosateur, il a laissé un journal important, des mémoires qui ne peuvent être réduites à la simple notion de « souvenir » et des livres jouant de la langue à l’instar de ceux que tressèrent Ponge, Tardieu ou Queneau. Glossaire j’y serre mes gloses est, avec L’Afrique fantôme et L’Âge d’homme de ces titres qui ont marqué le siècle dernier et ne cessent d’interroger les individus d’aujourd’hui. Sa célèbre conception de l’autobiographie menaçant comme une « corne de taureau » le scripteur par sa vérité, sa loyauté dans le contrat qui le lie à son lecteur en a fait une sorte de père tutélaire de l’autobiographie française – dont il n’aurait probablement pas justifié les dérives pour autant. Réputé discret, Michel Leiris a droit à ce que l’on marque le cent-vingtième anniversaire de sa naissance – une curiosité commémorative qui l’aurait sans douté amusé. Entretien avec l’ethnographe Jean Jamin, son collègue et ami, un témoin idéal pour nous éclairer.

Jean Jamin, à quel moment avez-vous rencontré Michel Leiris ?
En février 1977, au département d’Afrique noire du Musée de l’Homme où je venais d’être nommé, après avoir été chercheur à l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom) et effectué un long séjour en Afrique noire, menant des enquêtes ethnographiques sur les rites d’initiation chez les Sénoufos du nord de la Côte d’Ivoire. De manière pour ainsi dire rétrospective et comme s’il s’était agi d’un « hasard objectif », je croisai là, à près de 50 ans de distance, le parcours de Leiris qui avait commencé sa carrière d’ethnologue en étudiant la langue secrète de l’initiation chez les Dogons au sud-est du Mali, pendant la Mission Dakar-Djibouti dirigée par Marcel Griaule.

Était-il accueillant ?
Je dirai oui, bien qu’une timidité naturelle, sur laquelle il s’est exprimé (notamment dans L’Âge d’homme et son Journal), eût laissé croire à une froideur, et même à de l’indifférence vis-à-vis de ses interlocuteurs. Toujours est-il qu’un matin – ce fut là le début de notre amitié – il me parla longuement du livre que je venais de publier et lui avais fait envoyer par l’éditeur. Il s’agissait d’un essai (Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret, Maspero, 1977) où, « le hasard objectif » réapparaissant, il trouvait exposé et démontré, avec de nouvelles preuves ethnographiques, ce qu’il avait lui-même établi 50 ans plus tôt chez les Dogons, et que, par un de ces ricochets quasiment surréalistes, il avait vécu au sein de son propre cercle familial, à savoir que « le secret est qu’il n’y a pas de secret ».

Pouvez-vous nous expliquer ?
C’est, ma foi, ce qu’on appelle – belle expression qui touche au monde de l’enfance que Leiris...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°221
6,00 €
LMDA PDF n°221
4,00 €