La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

À la pointe Jeune et joli

mai 2024 | Le Matricule des Anges n°253 | par Gilles Magniont

Voilà, c’est dit dans l’étude statistique (« The Reality of Angels  : Thirty Years of Domination ») que vient de publier la revue australienne International and Intersectional Studies on Phallus and Darkness : derrière son titre trompeur, le Matricule abriterait une rédaction majoritairement retranchée dans les ténèbres de sa génération genrée – « How these old caucasian hetero-ploucs could figure the modernity and empowerment of litterature ? » s’interroge Jenny Crackett, au terme de son perfide article. Alors, parce qu’on a plus de 50 ans, un visage pâle et une réputation de french lover, on ne pourrait plus se mêler de penser et d’écrire ! Permettez-nous d’en douter, et d’aller chercher un démenti dans la prose de Pascal Bruckner, qui confirme tout le bien-fondé de ses récentes interventions publiques (où il prônait la retraite à 70 ans).
Ce n’est pas que la thèse soutenue dans son dernier livre, Je souffre donc je suis, fasse a priori trembler les murs : règne de l’hypersensibilité et de la culture gnangnan, panthéon contemporain « d’accablés ou d’écrasés », bref cette religion de la victime que d’autres, de Philippe Muray à Bret Easton Ellis, ont déjà moquée. On pourrait aussi juger que notre essayiste chenu enfile les maximes (« L’obstacle qui décourage les uns galvanise les autres », « Comparaison est déraison », « Il n’est pas de nuit si noire où ne filtre un rai de lumière ») comme d’aucuns les quarts de Lexomil. Mais ce serait s’arrêter à la surface, méconnaître qu’il est, sous la blanche liquette, un Dirty Pascal, un Bruckner de la guerre qui sait encore nous électriser. Exemple 1 : « L’Europe a trop aimé la paix mais Israël aussi malgré sa réputation guerrière ». Exemple 2 : « Quand des Israéliens affrontent des Palestiniens, on évoque instantanément un “génocide” : rappelons que la population palestinienne a triplé en cinquante ans ». Le lecteur pourrait s’arrêter à certains bonheurs d’expression (ici réputation, là affrontent), mais il est plus largement envahi d’une vision bienheureuse, celle d’un homme de lettres qui, très démocratiquement, retrouve l’éternelle jeunesse des apéros : on lui a pris la tête toute la journée (« Partout, on voit des images d’enfants palestiniens en souffrance »), il peut enfin se poser, prendre un verre, couper court au délire – un génocide, mais t’as vu combien ils sont ?
La question démographique est donc réglée. Mais ça chouine de partout ! Et ça fait la grève (« La conjoncture est mauvaise ? Ingénions-nous pour qu’elle devienne pire encore »), et ça casse les vitrines (« Qu’est-ce qu’un émeutier ? Un consommateur pressé qui n’a pas le temps de passer à la caisse »), et ça s’assagit comme par hasard sous le soleil (« Dès le printemps, en mai, les arrêts de travail se raréfient, les trains roulent, l’essence coule à flots à la pompe »). Et notre jeunesse manifeste contre les retraites, quand celle d’Ukraine se bat pour sa liberté : on touche là au cœur du livre, à l’indignation d’un homme qui sait que, derrière les prétendues victimes de l’Histoire, se profilent ses vrais tyrans – j’ai nommé Poutine, c’est-à-dire « Poutine, vautré dans son fauteuil », c’est-à-dire le « Rambo moscovite », c’est-à-dire celui qui « n’est ni Pierre le Grand, ni Hitler, ni Staline, mais un produit de synthèse entre les trois ». À cet endroit, les esprits frileux jugeront que l’apéritif a un peu trop duré, qu’il est l’heure de rentrer, que Bernard-Henri va conduire : autant de prudences qui peuvent être balayées par cet esprit encore assez lucide pour analyser, au prisme de « la mentalité soviétique de soumission aux puissants », les rapports entre le président de la Fédération de Russie et son peuple : « Quoique de petite taille, l’ancien président de Géorgie, Mikheïl Saakachvili, l’appelait Lily Poutine, son autoritarisme fascine les faibles » (développement certes un peu obscur, mais par excès de densité : il n’est pas donné à n’importe qui de brocarder en même temps virilisme, faiblesse et petite taille, tout en plaçant Lily en milieu de la phrase).
Il est maintenant temps de faire sonner les trompettes. « Nous sommes en guerre et nous avons aujourd’hui besoin de pensées qui exaltent l’énergie, l’ardeur » conclut ce même auteur, qui avait su, en d’autres temps, déplorer que la France ne se joignît pas à l’armée de libération de l’Irak. Alors, « Allons-nous larmoyer sur l’époque ou faire face ? »
Nous allons faire face, mon commandant (les gars du Matricule).

Gilles Magniont

Jeune et joli Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°253 , mai 2024.
LMDA papier n°253
6,90 
LMDA PDF n°253
4,00