La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Les cubes d’Alféri

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°10 | par Emmanuel Laugier

A32 ans, Pierre Alféri laisse déjà derrière lui deux essais, un livret pour pièce vocale, deux recueils de poésie chez P. O. L, des travaux de traducteur. A cela, il faut désormais ajouter un troisième livre de poèmes -Kub Or- ainsi qu’un premier roman, Fmn. De Fmn, à placer sous le signe du féminin, on ne peut séparer tout le travail précédent et notamment celui des livres de poésie. En quatre parties, relevant d’une prose fragmentaire et d’un mixte de pratiques d’écriture, dont la première, Son apogée décrit les affres d’un homme prisonnier du regard d’une femme. A partir des plans et plis retors qu’implique l’acte de voir, Pierre Alféri essaye de dessiner, dans une sorte d’interview, entrecoupée de visions syncopées et rapides de situations et de lieux -comme sur un écran vidéo-, ce qu’il en coûte d’être happé par le regard d’une femme. Toutefois, c’est laborieusement que cet univers carcéral se construit. Les repères s’estompent, se complexifient, et l’histoire n’en devient que de plus en plus abstraite. Quant aux trois autres parties, entre l’étonnant dialogue dans un bar, la description d’un mauvais film de science-fiction et la solitude de Nash, autour de laquelle une véritable topologie du monde contemporain se dessine, les fragments rectangulaires (en bande) d’Une idylle et les séquences de Déconcert, trop souvent certains passages se replient avec complaisance sur des problèmes d’écriture ou, même, participent du cliché (voulu, sans doute). Manquent le battement fou et la diffusion d’un centre où le lecteur se retrouverait. Quant aux poèmes de Kub Or, en sept vers, ils prennent la forme carrée d’un écran de télévision et semblent en être la diffusion fragmentaire, découpée, jetée à plat dans une incohérence voulue et rendue par la coupe franche du vers. Flashes spéciaux court-circuités ou cubes concentrés de saveurs, tel serait ce qui « infuse » dans ces carrés, porteurs vifs, qui réagissent face aux Pasqua & compagnie, à partir d’un journal, d’un jet d’eau, d’un galeriste, etc. Kub Or, un pl

Fmn (roman)
Kub Or (poésie)
Pierre Alféri
P. O. L
252 pages, 120 FF et n.p., 80 FF

Les cubes d’Alféri Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°10 , décembre 1994.