La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le malheur d’aimer

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Didier Garcia

Les Innocents

Dès le début de ce roman, le lecteur comprend qu’il y eut crime, qu’Ann et Abel sont coupables. Mais très vite, il découvre que ce sont des coupables qui ignorent tout de leur culpabilité, peut-être même tout de leur crime : des criminels sans le savoir, sans le vouloir, peut-être donc innocents. La réalité devient alors complexe, et les certitudes courent au bûcher…
« Cette histoire, finalement, était une histoire comme toutes les autres… » Abel s’était rendu sur l’île de Batz, s’était installé au Grand Hôtel Leroux qui donne « sur la baie de Porz Kernoch ». Soudain, Abel avait rencontré les yeux d’Ann ; ils avaient échangé quelques mots, et bientôt un premier baiser. C’était un après-midi d’automne. Il y eut encore six nuits et sept jours, mais dès la quatrième nuit, Ann avait pensé que son mari et ses deux enfants pouvaient bien mourir. Et la dernière nuit fut celle du crime : l’époux et les deux enfants, tués à bout portant. Le procès révèlera que tout a pu se dérouler autrement, qu’Ann et Abel ne sont peut-être pas coupables…
Est-ce au lecteur de décider ? Innocents ? Coupables ? ou les deux à la fois ? Comment se résoudre à formuler un tel verdict ? Où se trouve la vérité ? Peut-être dans les points de suspension qui scandent Les Innocents, dans cet au-delà de la phrase, mais aussi l’au-delà du sens, de la culpabilité comme de l’innocence, une dimension humaine à reconquérir, et surtout à accepter.

Les Innocents P.O.L, 184 pages, 110 FF

Le malheur d’aimer Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4.00 €