La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Cervelle et beurre de yack

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Xavier Person

Certains livres projettent sur nos plus familiers paysages une lueur salutaire. Après Remarques (Cheyne éditeur) et Chaussures (P.O.L), qui inauguraient une écriture du quotidien le plus infime, Nathalie Quintane entreprend dans Début de se tenir au plus près du regard de l’enfant qu’elle a été.
D’un corps morcelé dans une appréhension de soi qu’aucune figuration n’aura encore constitué, d’un univers découpé par l’aléatoire d’un regard immature, ce texte fragmenté, qui aime à « multiplier les angles et les manières -en phrases, en blocs, en vers, en discours, en récits, en photo, etc. », veut rendre la disjonction première, l’illogisme foncier.
Ainsi, de courts portraits d’enfants d’apparence imaginaires, tels celui « né avec une ouverture dans la joue » ou celle née « avec une mouche dans la jambe », proposent-ils l’exploration d’une géographie intérieure largement fantasmatique, mais qui trouve sa vérité dans l’intime de nos perceptions.
« Mange ta cervelle, lui dit sa grand-mère » : du souvenir de l’assiette de moelle épinière au beurre de yack avec lequel les habitants d’Europe centrale beurrent leurs cheveux, en passant par le sandwich donné à manger au chien du voisin, les débuts dans la vie de Nathalie Quintane sont faits d’incompréhensions lumineuses, de sensations troublantes : « Elle, la merde, aurait pu rester, stationnaire, et ne pas dépasser le ventre, ne pas aller plus bas que le diaphragme ».
Brillant, habile, le jeu dans la langue se fait tout en légèreté cependant, dans de petits vertiges d’inventions rythmiques, en une sorte de balbutiement initial, tout autant que dans l’écriture de plus classiques aphorismes : « L’odeur aigre de l’urine est proche de celle de la choucroute ». Comme autant de tâtonnements d’un enfant pas très propre, et totalement polymorphe.

Début
Autobiographie
Nathalie Quintane

P.O.L
104 pages, 90 FF

Cervelle et beurre de yack Par Xavier Person
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €