La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Train de nuit

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Thierry Guichard

Malgré son titre, on a l’impression, en le lisant, que le nouveau roman de Martin Amis cherche à nous mener en bateau. Jennifer Rockwell, belle comme une princesse et heureuse comme une reine est retrouvée morte, nue, chez elle. Comme elle est la fille du commissaire Tom, ce dernier charge Mike d’enquêter sur ce qu’il refuse de prendre pour un suicide. Pour rester dans le faux-semblant, précisons tout de suite que Mike… est une femme. Une femme flic désabusée, dont même la voix est masculine. D’ailleurs elle parle comme un homme ou comme un personnage de série américaine. Et Martin Amis écrit comme un brave artisan du polar. Après l’autopsie du corps, l’autopsie psychologique de la victime ne révèle guère de mystère et l’enquête conclut au suicide dont Mike cherche les causes. Bien sûr Martin Amis utilise le polar pour mettre le doigt sur les bas-fonds d’une société qui oscille entre certitude prétentieuse et doute absolu. Mais, au bout du chemin (de fer), le roman ne nous a mené ni en bateau, ni nulle part et si sa lecture est agréable elle ne révèle aucune nécessité. C’est juste un train qui arrive à l’heure.

Gallimard
Traduit de l’anglais
par Frédéric Maurin
204 pages, 98 FF

Train de nuit Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €