La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Du côté de Vermot

mars 2002 | Le Matricule des Anges n°38 | par Gilles Magniont

De la fellation dans la littérature

Aux amateurs de gradations foireuses, indiquons celle qui illumine la quatrième de couverture : « Thème littéraire à part entière, la fellation offre souvent une vision du monde, une philosophie, voire une morale ». Diantre, et pourquoi pas : l’auteur est universitairement formé, il s’y entend à analyser un motif, à compiler des extraits, il a l’air assez convaincu, on peut trouver ça intrépide (la tête des collègues…). Néanmoins, on peut aussi prendre quelque distance avec les analyses thématiques -les scènes de jardinage mises bout à bout n’indiqueraient-elles pas de même une vision du monde, une philosophie, voire une morale ? Quant au corpus, il laisse perplexe : atterrant dans son versant contemporain (on conseille notamment la « fellation cosmique » chez Houellebecq), hors-sujet en amont, comme lorsque Franck Evrard essaye de nous convaincre des talents de Mme Bovary (si, si, rappelez-vous la scène de la calèche). Surtout, l’essai prête à sourire lorsqu’il s’essaye, au-delà du motif romanesque, à traiter la chose en soi. Certes, il est utile de rappeler que les oeuvres, et ceux qui en parlent, n’ont pas pour mission la traque au pédophile, la perpétuation de l’ordre moral, etc. Est-il pour autant nécessaire de se donner les airs d’un expert aguerri ? « De nombreuses femmes éprouvent encore aujourd’hui une répugnance à l’égard du liquide séminal, souvent recraché discrètement » : chaque adverbe a ici un air supérieur, un air à la Onfray, un air d’hédonisme en chaire et en estrade, vins fins et on-ne-la-fait-pas-à-moi.
Au final, même revisitées par la fac, c’est encore des plaisanteries d’almanach licencieux : « cet essai ressemble fort, avouons-le, à une anthologie destinée à faire venir l’os à la bouche ». No, thanks.

De la fellation
dans la littérature

Franck Évrard
Le Castor Astral
236 pages, 18 (118,07 FF)

Du côté de Vermot Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°38 , mars 2002.
LMDA PDF n°38
4.00 €