La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français India song

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Emmanuel Laugier

L’essayiste, poète, homme de théâtre Jean-Christophe Bailly se trouve tout entier dans ce journal, titré sobrement Phèdre en Inde. Enfin réédité, il est augmenté d’une vingtaine de pages extraites d’une liasse abandonnée. D’abord publié il y a plus de dix ans, dans la collection « Carnet » qu’Alain Veinstein dirigeait chez Plon, ce journal est le fruit de trois séjours successifs en Inde, d’août 1989 à janvier 1990. Séjours qui furent motivés par un travail en commun avec le metteur en scène Georges Lavaudant de représenter en hindi Phèdre. Jean Racine en Inde, donc, pour la première fois joué, dans un autre temps et dans une autre civilisation. Et pourtant, écrit Bailly, « à travers le moins traduisible s’esquisse la possibilité d’une transmission, d’un cadeau. La langue de Racine pensée comme l’équivalent de ce qu’est pour nous le théâtre dansé de l’Inde ». Le pari est tenu. L’expérience va se dérouler à Bhopal (ville dans laquelle en 1984 l’usine américaine Union Carbide avait fait des milliers de morts), avec la troupe du Rangmandal Bharat Bhavan.
Toucher la basse continue du silence de Phèdre, alors transformé, pour cette occasion, en des sortes de « briques de mots » (selon les schémas métriques des premiers textes sacrés de l’Inde), sera toute l’affaire de ces voyages, la lente imprégnation qu’ils exigeront de leurs différents protagonistes, nos deux Occidentaux, mais aussi toute cette troupe pour qui il faudra que ces noms de femmes (Périgonné, Ariane, Antiope, Phèdre, Hélène) résonnent vraiment.
La force de ce journal est de montrer cette confrontation-là, mais en y réfléchissant, au sens d’une lumière, tout ce que le rapport à l’étranger approfondit en nous. Les errances dans les villes et leurs faubourgs (échoppes, gestes, croyances), la recherche du lieu scénique, les flambeaux de quatre sous, le quotidien et la force bouleversante de sa pauvreté (qui est une autre richesse), font de ces pages, écrites au jour le jour, plus qu’un témoignage. Davantage, et sans aucun doute, comme Walter Benjamin pour Moscou ou Naples, le battement d’une vie qui dépasse le temps.

PhÈdre en Inde
Jean-Christophe Bailly
André Dimanche
129 pages, 11 euros

India song Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.