La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Des mots à vivre

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Franck Mannoni

TS, c’est la manière pudique qu’ont trouvée les dictionnaires de psychiatrie pour résumer en deux lettres sibyllines pour le novice, la tentative de suicide. Luc, adolescent perturbé, pour l’heure un peu obsessionnel, a donc fait sa TS. Monsieur Bernardini, son psychologue, cherche à comprendre ce qui a bien pu le contraindre à pareille extrémité. Mais comment pousser quelqu’un à employer les mots qui vont le dévoiler ?
Pour son premier roman, Fabrice Vigne n’a pas choisi la simplicité. Il mêle en une seule intrigue une histoire forte, celle de Luc et de ses parents qui s’entredéchirent, à une troublante interrogation sur les mots et leur utilisation. Luc se confie en effet par écrit à monsieur Bernardini. TS constitue cette accumulation de confidences, enrichies par les commentaires du psychologue, retranscrites après coup par Luc. La boucle est bouclée. En filigrane, Fabrice Vigne confie aux deux personnages principaux ses questions sur le sens : je crois aux mots, c’est seulement parce que chacun de nous, avec tout ce qui le constitue, leur donne un sens à un moment donné, et ce sens nous ressemble, comme un miroir. Luc n’a pas encore compris cela. Il utilise les mots à l’arrêt et non en mouvement. Il se réfugie en permanence en puisant dans son dictionnaire illustré les termes qui vont forger son discours et derrière lesquels il se réfugie : à chaque fois trouver le mot juste, c’est un grand moment. Une activité qui peut remplir une vie lorsqu’il s’agit de fuir.
TS, admirablement construit, amène le lecteur à suivre le cheminement de Luc, à peine guidé par les interventions de monsieur Bernardini. Comme Luc, il est invité à refaire l’apprentissage du langage. Le jeune homme réapprend à communiquer, au sens fort, et trouve cela bien étrange. Par petites touches nuancées, le lecteur réapprend avec lui et découvre peut-être en même temps une autre manière de lire.

TS
Fabrice Vigne
L’Ampoule
178 pages, 17

Des mots à vivre Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €