La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Accords et désaccords

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Thierry Cecille

Peut-être oublions-nous trop facilement que l’amitié, à côté de la tacite et parfois fade complicité sentimentale, connaît d’autres formes : elle peut consister en une réciproque exigence spirituelle, ou, au moins, en une conversation authentique, « dans un climat fraternel, mais sans complaisance ». C’est ainsi qu’Edward W. Said présente ces six entretiens, ces échanges avec le pianiste et chef d’orchestre Daniel Barenboim -qui eurent lieu entre 1995 et 2000 et dont deux furent publics. Il s’agit ici des bonds et rebonds, parallèles et paradoxes, de deux pensées qui s’embrassent -et s’embrasent- dans une recherche commune du sens et de la valeur que peut encore avoir la culture. Il faudrait oser parler de culture « diasporique » : Barenboim est issu d’une famille juive russe d’origine, d’abord exilée à Buenos Aires puis installée, après-guerre, en Israël, où il vécut sa jeunesse -et Said -comme il le raconte dans sa passionnante autobiographie À contre-voie (Le Serpent à plumes - lire Lmda N°39)- est un Palestinien né à Jérusalem, qui passa son adolescence au Caire, et fit ses études sa carrière universitaire principalement aux États- Unis. Cette ouverture à la diversité du monde, ce déracinement concourt sans doute au cosmopolitisme éveillé et à l’encyclopédisme attentif dont ils font preuve l’un et l’autre : leur dialogue, mobile mais jamais superficiel, navigue de Wagner -que Barenboim tenta avec difficulté de proposer au public israélien- à Beethoven, de la mémoire allemande de la Shoah au possible équivalent musical de la catharsis propre à la tragédie grecque, des accords d’Oslo -envers lesquels Said fut toujours critique- au destin actuel, dans notre monde consumériste et porté à la simplification, des oeuvres exigeantes, littéraires, musicales ou philosophiques, que notre passé commun nous a léguées. Contre l’ignorance et l’intolérance, voici, en brillante et amicale compagnie, un « voyage vers l’Autre ».

Thierry Cecille

PARALLÈLES ET PARADOXES
EDWARD W. SAID/DANIEL BARENBOIM
Traduit de l’anglais par Philippe Babo
Le Serpent à plumes - 240 p., 18

Accords et désaccords Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6,00 €
LMDA PDF n°45
4,00 €