La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Fous d’Artaud

juillet 2003 | Le Matricule des Anges n°45 | par Ludovic Bablon

Un universitaire de New York revient sur la période 1937-47 de la vie d’Artaud, du voyage en Irlande à l’internement concentrationnaire à Ville-Évrard, des électrochocs de Rodez au laudanum d’Ivry. Dans de bizarres essais pas parfaitement limpides, Artaud fou est expliqué par Artaud affamé et Artaud juif, selon un argumentaire mi-crédible mi-bancal, ou encore il est reçu comme un dadaïste qui aurait constitué sa dinguerie en image du monde paranoïaque du XXe siècle, thèse séduisante mais peu étayée.
Famille, disciples, psychiatres surtout (Ferdière, cultivé et roublard, ami des surréalistes mais fervent de la thérapie de choc, et Latrémolière, provincial rat d’église grincheux et sans goût), participent du délire dans des entretiens vifs et bien menés où sont débattues les questions de la mort d’Artaud (de quoi), de ses écrits (quel sort, quelle portée), de son traitement asilaire (salvateur ou assommant), de sa religion (Antéchrist athée ou mystique catholique). Mais si
Lotringer a voulu remettre les pendules à l’heure, il faut avouer qu’à l’atterrissage, on ressent toujours la fatigue d’un fort décalage horaire.

Fous d’Artaud
Sylvère Lotringer
Sens & Tonka
278 pages, 18

Fous d’Artaud Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°45 , juillet 2003.
LMDA papier n°45
6,00 €
LMDA PDF n°45
4,00 €