La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Paul Nizon
Le voyageur intérieur

janvier 2006 | Le Matricule des Anges n°69 | par Didier Garcia

À courir ainsi sur les flancs de la vie, d’autres auraient fini par se perdre ou seraient devenus des clochards. En optant pour une existence sans attaches, et en se créant une vie d’écrivain, le Suisse Paul Nizon a trouvé la matière d’une œuvre qui explore un moi presque toujours en mouvement.

Paul Nizon aurait pu s’établir à Rome, la ville qui l’a fait naître écrivain, ou à Londres, à Zurich, voire à Berne, où il est né en 1929. Il aurait aussi bien pu se fixer nulle part, puisqu’il affirmait ne pouvoir vivre qu’en transit. C’est finalement à Paris qu’il a élu domicile, dans « la maternité artistique nommée Paris », peut-être la seule ville au monde capable de lui offrir une existence poétique : ce qu’elle avait fait en accueillant Henry Miller, elle pouvait le reproduire en prenant dans ses mailles ce vagabond qu’est Paul Nizon. Une capitale qu’il a connue dès les années de lycée, lorsqu’il venait passer quelques jours de vacances chez une tante (et dans l’appartement de laquelle, quelques décennies plus tard, il connaîtra un séjour provisoire qui sera le point de départ de La Fourrure de la truite, son nouveau récit).
Lui qui a toujours souhaité être un autre, qui aura été l’homme de l’éternel recommencement, s’efforçant toujours de ne rien posséder, n’hésitant jamais à jeter du lest, célébrant à l’envi « le secret plaisir de la perte », le voici désormais installé, propriétaire d’un petit appartement situé à deux pas du Louvre, dans un quartier faussement cosmopolite où passent des « Japonais quasiment invisibles ».
Trois mariages, quatre enfants, sept volumes d’Œuvres choisies chez Surhkamp (l’équivalent allemand de Gallimard), une œuvre traduite en une dizaine de langues, pas moins de vingt prix littéraires…, la vie de Paul Nizon est riche. Elle ressemble à un roman, mais alors un roman dont il est à la fois le protagoniste et l’auteur. C’est d’ailleurs exactement ce qu’il voulait : « l’identité entre l’être et la création », peut-on lire dans Les Premières Éditions des sentiments, le dernier choix de pages de son Journal.
Paul Nizon est un écrivain suisse de langue allemande. Son père, russe, a émigré de Riga ; sa mère est bernoise. De son père, ou plutôt de « ce poids mort en guise de père » comme il l’écrit dans Dans le ventre de la baleine, il gardera surtout le souvenir d’une absence : chimiste et chercheur, inventeur d’un médicament contre le lupus (que le docteur Schweitzer a utilisé avec un certain coefficient de réussite sur ses protégés de Lambaréné), ce dernier passait l’essentiel de son temps enfermé dans son laboratoire. Quant à ses origines russes, elles connaissent une postérité inattendue dans le prénom de deux fils de Nizon : Igor et Boris… Sa mère, dont il évoque avec tendresse les derniers jours, et que la réalité lui a enlevée en 1988, il la revoit toujours plongée dans quelque activité ménagère, le plus souvent silencieuse.
Alors qu’une part majeure de son œuvre est placée sous l’autorité de l’autofiction, Paul Nizon s’est toujours montré très discret sur les années de son enfance, même s’il l’évoque à gros traits çà et là : une sœur pianiste (vocation qui l’a détourné de la musique, pour ne pas faire la même chose, et qui l’a rapidement poussé à envisager une carrière littéraire),...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°69
6.50 €
LMDA PDF n°69
4.00 €