La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Un vampire parmi nous

septembre 2006 | Le Matricule des Anges n°76 | par Thierry Cecille

Redécouvrons le truculent Jacques Audiberti, l’amoureux des mots. Paris, été 1945 : la moiteur règne, la foule badaude à la recherche d’un peu de fraîcheur. Les célibataires et « les veufs » chassent, dans les jardins, les femmes fuyantes : ils sont « le déchet timide, l’éparpillé orphelinat » qui « anhèle à la complétude physique ». De la guerre tout juste terminée, il ne sera presque pas fait mention : Pierre Assubito, le narrateur, n’en a cure en effet « historien je ne suis pas. Je suis voyant. C’est plus facile. » Seul le quotidien de l’existence, son tout-venant le requiert : homme des foules, œil grand ouvert et voix intarissable, il affronte « le myriardaire, le colossal grouillement des identités et des multitudes ». Il est écrivain. Avec une faim exorbitante (« talent », nous précise-t-il, signifie, « dans tout l’espace de la langue d’oc », désir, appétit), il observe les choses et les êtres, s’en nourrit jusqu’à ce qu’il soit, à son tour, dévoré par plus vorace que lui. Jacques Audiberti (1899-1965), que l’on connaît davantage pour son théâtre mais il faut aussi redécouvrir Abraxas mène cette sorte de fable autobiographique, d’apologue paradoxal, avec un rythme allègre. Il y a bien là une « petite musique », entre Laforgue et Céline, une musicalité savante et naïve, mêlant argot et néologismes, une inventivité permanente des images, un « impressionnisme verbal » pour tenter de dire ce que nos existences recèlent de drames modestes et de furtives joies. C’est « le toutaco joyeux et ténébreux du monde » que le désir met en branle, puisqu’ « il y a une manière plus que toutes profonde de voir, de savoir, de pouvoir. Quelle ? La chair. » La solitude, cependant, menace, la mélancolie fond sur nous à l’improviste : « On a beau cracher sur la vie. La vie, quand on la sent, par le trou des saisons, qui passe, qui fuit, c’est moche. Ça fait souffrir. »

Talent de Jacques Audiberti, L’Arbre vengeur, 213 pages, 16

Un vampire parmi nous Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°76 , septembre 2006.
LMDA papier n°76
6.50 €
LMDA PDF n°76
4.00 €