La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’assassin modéré

mars 2009 | Le Matricule des Anges n°101 | par Thierry Guinhut

L' Assassin modéré

Trop méconnu, Chesterton (1874-1936) est un spécialiste de la littérature policière. Les amateurs ne doivent pas méconnaître le Père Brown, enquêteur rondouillard et néanmoins d’une sagacité à toute épreuve qui peut concurrencer sans démériter le célèbre Sherlock Holmes. Ce romancier prolixe, aussi à l’aise dans le fantastique que dans les exploits de détectives, cet essayiste et philosophe chrétien n’a pas fini de nous surprendre ; pour preuve avec ces deux nouvelles inédites. Une tentative de meurtre effraie la colonie britannique de Polybie, celui du Gouverneur « Tallboys Haut-de-forme ». Le fort intelligent précepteur d’un enfant intellectuellement attardé, un homme à « l’ombrelle verte » qui est un de ces « menteurs qui disent la vérité », un ecclésiastique fasciné par l’apocalypse, un Vice-Gouverneur capable de « chevaucher la tornade » de la répression composent le tableau. Une rivalité politique oppose les deux premiers devant Barbara, une jeune fille « garçonnière » et fort sensible aux qualités morales du précepteur. Jusqu’à ce que « l’assassin modéré » disculpe les plus suspects face au chef de la police. Il n’a pas tué mais blessé le Gouverneur avec, dit-il, l’objectif de modérer son gouvernement. Le précepteur n’a-t-il avoué que pour protéger son élève qui avait motif d’en vouloir à son oncle le Gouverneur ou ne l’a-t-il blessé que pour éviter qu’il soit par ailleurs tué ? Derrière le récit policier se profile une fine et synthétique lecture des personnalités et des mœurs, une philosophie politique plus que pertinente. La seconde nouvelle, « L’homme au renard », raconte l’assassinat d’un pasteur puritain hypocrite, qui veut réformer les mœurs anglaises et fermer les pubs, par un chasseur de renard défendant sa famille… L’écriture de Chesterton, incroyablement précise et évocatrice, d’une logique et d’une psychologie imparables, ne dédaigne pas l’ironie pour dresser un tableau social aussi coloré que pénétrant.

l’assassin modéré
de gilbert keith chesterton
Traduit de l’anglais par Lionel Leforestier, Le Promeneur, 144 pages, 15,90

L’assassin modéré Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°101 , mars 2009.
LMDA papier n°101
6.50 €
LMDA PDF n°101
4.00 €