La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Carbone 14

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Lucie Clair

Et la lumière fut. Du cœur des ténèbres de l’absence, (abandon ou perte, qu’importe ?) - du plus loin de la mémoire fidèle, sombre et éclatante, elle filtre, excavée, datée au Carbone 14, la vérité des moments partagés, de la vie complète - celle qui s’expérimente immédiatement, spontanément, sans arrière-pensée, sans doute - où l’onirique n’est plus un de ses succédanés, mais une force qui participe pleinement de son essence : « le caducée du rêve va m’éclairant ».
Elle engendre de courts textes de prose poétique, datés très précisément (du 23 février 2005 au 11 avril 2006), tempo inexorable des jours en ligne de fuite - passé, présent, futur, les temps se carambolent : « j’irai où j’allais. Je me perdrai dans le souvenir d’un souvenir. - Je deviendrai moins mortelle et je me souviendrai d’avoir été. - » Mais aussi calendrier des événements, des sentiments, étudiés au compte-fils - ce verre grossissant avec lequel les photographes choisissent leurs images. Il y a dans cet opus une texture d’instantanés, des choses prises sur le vif, qui se mêlent à l’écriture musicale à laquelle Lina Lachgar nous a habitués - ode à la « Saison Bleu Louise  », à l’être aimé - voussoyé, tenu près et à distance tout ensemble - dans le droit fil de Quelques jours à Twilightstrasse (2006).
Ici encore, le chant sourdre (Bach - les variations Goldberg, toujours - et Billie Holiday, aussi…), mais comme autant de flammèches d’un magma en fusion, - le vivant, comme un volcan qu’il faut à la fois célébrer, suivre (surveiller), dont les retombées doivent être triées, organisées - et cueillir, comme en offrande impromptue « la promesse de l’âme rassérénée  », au détour d’un instant. Car l’écriture poétique de Lina Lachgar, ici poreuse, douce et rêche comme une pierre ponce, « maintient l’accidentel et le fantastique  », et se situe par là même à la très juste place, dans l’interstice mystérieux entre la vie et le néant, « laissant un léger sillage de fumée ou de voix basse… »

CARBONE 14
de LINA LACHGAR
éditions de la Différence, 90 pages, 13

Carbone 14 Par Lucie Clair
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €