La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Dernier des Baptiste

avril 2016 | Le Matricule des Anges n°172 | par Martine Laval

Le Dernier des Baptiste

Cela aurait pu être un roman dégoulinant de nostalgie. C’est tout le contraire. Jean-Marie Chevrier raconte un monde qui bascule vers la modernité, raconte la vie de Baptiste, paysan de la Creuse qui n’a jamais quitté son canton. Une ferme, un peu de terres, quelques bêtes, un tracteur d’un autre âge, les travaux de tous les jours, la rudesse du labeur, la mère qui règne, le célibat forcé, pas de femme pour jouer à l’épouse ou à l’esclave. La chasse à la perle rare (petites annonces dans Le Chasseur français, bals du dimanche) tourne au fiasco. Baptiste se résigne. Ainsi va la vie, précarité, solitude.
Dans ce huis clos surprenant, Baptiste, cinquante ans, s’invente des échappées, il parle à ses abeilles. Quand survient l’accident – au tout début de l’ouvrage, quelques pages extraordinaires de tension – Baptiste désormais handicapé ne pourra qu’abdiquer, mais pas renoncer : il a encore d’autres rêves à vivre.
Jean-Marie Chevrier rend hommage à tous les Baptiste de la terre. Il leur offre une histoire, les réinscrit dans un temps dévoreur d’humanité par la seule grâce de son écriture : « On était arrivé à l’automne. C’est la saison qui semble la plus naturelle ici. Le paysage l’attend toute l’année : le renouveau, la profusion, l’éclaboussure ne sont pas pour lui. Ce pays aime les choses qui se défont et qui s’en vont. Il se sait tellement dur qu’il se croit à l’abri de la disparition.  » Impossible de ne pas songer au Pays perdu de Pierre Jourde. Même sincérité, même élégance.
Martine Laval


LE DERNIER
DES BAPTISTE
De JEAN-MARIE CHEVRIER
Albin Michel, 246 pages, 18 e

Le Matricule des Anges n°172 , avril 2016.
LMDA papier n°172
6.50 €
LMDA PDF n°172
4.00 €