La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Flaubert

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Chloé Brendlé

Flaubert nage, dans les pantoufles, dans la Seine, dans la mer, et dans le monde, et dans la phrase. » Gustave a rejoint la collection « Les auteurs de ma vie » aux éditions Buchet-Chastel, qui propose à des auteurs contemporains d’évoquer leur écrivain fétiche en une cinquantaine de pages puis de composer leur propre anthologie. C’est à Marie-Hélène Lafon, l’auteure précieuse de L’Annonce (2009), de Joseph (2014) et récemment de Nos vies, qu’a été confiée cette gageure. Frustrante est la limite des cinquante pages. Cette esquisse, qu’on aurait aimé voir s’amplifier, s’intitule « Flaubert for ever ». Il s’agit déjà de la reprise et de l’amplification d’un des textes qui composaient Chantiers (2015), ouvrage à mi-chemin entre le journal d’écriture et l’essai. « Flaubert for ever » quant à lui tient de la déclaration d’amour et du morceau de bravoure ; on entend la cadence des « et » de relance chers à Gustave ; on peut se demander une seconde qui de Flaubert ou de Lafon écrit avec autant d’acidité que de tendresse à propos de Caroline, la sœur, « Elle s’arrondit de sa propre mort ». On rencontre l’inébranlable Achille, le père ; on croise « le cas Du Camp » et Mlle Leroyer de Chantepie est présentée ainsi : « C’est un peu comme si Flaubert avait entretenu une correspondance suivie avec un personnage de Balzac, une tante d’Eugénie Grandet ou sa marraine chenue. » On redécouvre l’« heureux  » Charles des trois Madame Bovary, Félicité « THE queen » et l’on se demande « À quoi sont promises les petites filles ». On chemine en compagnie de Pierre Bergounioux et de Pierre Michon, d’August Sander, aussi. On se demande à la lecture de l’anthologie ce qui triomphe de l’image du fils dans la correspondance, entre l’amoureux et le ridicule et quelle perle on aurait retenue du Dictionnaire des idées reçues. On replonge dans les romans. On redemande du Marie-Hélène Lafon.

Chloé Brendlé

Flaubert, de Marie-Hélène Lafon
Buchet-Chastel, 198 pages, 14

Le Matricule des Anges n°198 , novembre 2018.
LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €