La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Liminal, de Jordan Tannahil

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Camille Cloarec

Les quatre cent soixante pages qui composent le premier roman de ce jeune dramaturge canadien cofondateur de la galerie torontoise Videofag, tiennent en une seule seconde. Le narrateur entre dans la chambre de sa mère, récemment victime d’un accident ischémique transitoire, et devant le spectacle de son corps inanimé, est pris d’un doute terrible : peut-être qu’elle est morte. Cette incertitude paralysante ouvre une brèche temporelle de laquelle se déversent tous les souvenirs accumulés depuis sa naissance : « Ici, en ce moment, ton corps semble contenir tous les sens. Contenir le monde. Me contenir moi. » Le rapport fusionnel qu’il entretenait avec sa mère féministe, célibataire et spécialiste en informatique cognitive, se transforme au fil des années en entrevues sporadiques, parfois pleines de désaccords. Le quotidien mené par Jordan, entre études d’art dramatique avortées, fréquentation de stars performeuses transsexuelles, tâtonnements créatifs et autobiographiques, l’éloigne de ce qu’elle est. Une femme scientifique, pragmatique, raisonnable. Pourtant, alors que la pénombre flottante de la pièce engloutit tout, la tendresse qu’il éprouve pour elle se réveille, laissant échapper un long monologue à son attention. Écrit à la seconde personne du singulier, Liminal est un superbe hommage à cette figure exceptionnelle : « Toi, l’observatrice enthousiaste de mon existence. Toi, le corps duquel je suis tombé comme un fruit mûr. »
Pétri de références littéraires (Lispector, Kristeva, Artaud) et scientifiques (autour de la robotique, par exemple), le roman traverse les drames des dernières décennies (le 11-Septembre, l’attentat à Nice, l’élection de Trump, le Brexit), et soulève les questionnements et les doutes d’une génération entière. Le silence qui règne dans la chambre est assourdissant. « C’était la terreur de la liminalité entre le fait d’être une personne et celui d’être un corps, cet espace limite où j’étais une personne contemplant le corps que j’étais sur le point de devenir. »

Camille Cloarec

Traduit de l’anglais (Canada) par Mélissa Verreault, La Peuplade, 460 pages, 21

Liminal, de Jordan Tannahil Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°207 , octobre 2019.
LMDA papier n°207
6.50 €
LMDA PDF n°207
4.00 €