La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Hélène Bessette
Mystère B7

juin 2020 | Le Matricule des Anges n°214

Je l’ai lue pour la première fois il y a une dizaine d’années quand elle n’était pour moi que le nom d’un fantôme, écrivain méconnue dont je n’aurais su citer plus de trois titres mais dont je captais l’aura palpable. Il s’agissait alors de revenir à son œuvre, de la révéler, de la sortir de la zone de relégation et d’oubli où elle était délaissée depuis plus de trente ans, et sans doute aussi de contrarier les basses manœuvres des postérités littéraires. De fait, un mystère plane autour d’Hélène Bessette, disparue des radars après avoir publié treize romans en vingt ans (1953-1973), suscité l’enthousiasme de la critique, l’admiration de quelques grandes figures littéraires de l’époque (Queneau, Leiris, Aury, Sarraute, Duras, Mauriac), mais surtout après avoir inventé le roman poétique, autrement dit après avoir donné une nouvelle forme au roman – c’est tout ? Dès lors, la réédition de son premier roman, Lili pleure, est peut-être l’occasion de refaire le chemin depuis le commencement, d’accompagner sa trajectoire, un livre puis un autre, pour comprendre ce qui s’est passé avec elle. Éclairer son éclipse. Pourtant, si mystère B7 il y a, il est logé dans sa langue, et plus précisément dans cette voix qui en est le noyau radioactif, et tient chaque livre de la première à la dernière ligne. Une voix singulière qui énonce, décape, éclate comme on éclate un bloc de marbre en y enfonçant un coin, qui racle, évide, décharne, retranche toujours plus le gras de la langue toujours trop écrite du roman français. À la fois sauvage et ultraprécise, conciliant les voix de la narration romanesque et celle du poème, l’oralité physique et la musicalité intérieure, cette voix est la véritable énigme de l’œuvre de Bessette, sa part magnétique, sa grâce. Quand je lis Bessette, c’est à cette voix si rare, que je viens me connecter : j’entre dans le canyon sonore, je file sur une mer courte, j’escorte les souffles, les cris, et les silences.

Maylis de Kerangal

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°214
6.50 €
LMDA PDF n°214
4.00 €