La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Hélène Bessette
Amours impossibles

juin 2020 | Le Matricule des Anges n°214 | par Didier Garcia

Premier roman publié par Gallimard en 1953, Lili pleure installe le lecteur dans une « Provence ensoleillée » et épurée, « avec picasso, prévert et chêne vert, figue et garrigue ». Il est surtout le portrait de Charlotte, mère terrible dans son amour dévorant pour sa fille Lili (mariée à un homme qu’elle n’aime pas). Une mère abusive, possessive, infantilisante, qui ne déteste rien tant que sa fille connaisse le bonheur sans elle, et qui s’obstine à lui faire rater sa vie.
Heureusement pour Charlotte, avec la guerre qui débarque, l’Histoire vient lui donner un généreux coup de pouce, expédiant le mari à Dachau, « avec pour compagnie ses yeux couleur de peur », et lui rendant du même coup sa fille. Mais cette délivrance (une « bouffée / de grand air sous un ciel bas ») ne dure pas, d’une part parce que Lili profite de l’occasion (« l’absence de l’ennemi », Charlotte dixit) pour tomber amoureuse d’un berger un peu fou âgé de treize ans de moins qu’elle ; d’autre part parce que, contre toute attente, son mari revient des camps, avec ses yeux « couleur de souffrance » (« Parce que les guerres commencent mais elles finissent. / Le verbe finir existe comme le verbe commencer pour les guerres et pour le reste »).
Difficile de savoir si la mère est trop tyrannique ou si la fille fait preuve d’une loyauté excessive, allant jusqu’à se faire avorter pour ne pas peiner sa mère, et plus encore par peur de ce qu’elle pourrait dire (et il faut bien reconnaître que Charlotte est capable de dire n’importe quoi n’importe quand, comme de balancer à son gendre qu’elle le soupçonne de faire l’aimable avec elle parce qu’il lorgne sur l’héritage, ou de traiter ouvertement sa fille de « gourgandine »). Quoi qu’il en soit, dans ces pages, mariage et bonheur ne parviendront jamais à faire bon ménage.
Roman plein de « fâcheries de femme » écrit au présent et non à l’imparfait et au passé simple, Lili pleure s’achève sans véritablement s’achever (véritable marque de fabrique du roman bessettien), se contentant de s’en aller « doucement / Comme un feu qui s’éteint / comme un feu qui s’éteint / comme un feu qui s’éteint ». Un roman souvent ironique paraissant toujours hésiter entre le réquisitoire et la comédie, entre l’écriture romanesque et la poésie (« une sorte de clivage prose-poésie »), mais capital en ce qu’il est annonciateur de l’œuvre à venir. Dans On ne vit que deux fois, Bessette reconnaissait d’ailleurs : « N’aurais-je écrit que ce seul livre qu’il compterait ».

Lili pleure, d’Hélène Bessette
Le Nouvel Attila, « Othello », 176 p., 18

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°214
6.50 €
LMDA PDF n°214
4.00 €