La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Albertine Sarrazin
Matricule 5007

juillet 2022 | Le Matricule des Anges n°235 | par Thierry Cecille

Derrière les barreaux de ses cellules comme au travers des embûches d’une existence ensauvagée, Albertine Sarrazin s’invente, sur la page blanche, de plus vastes horizons. Explorons-les en compagnie de Juliette Stella.

Lorsque la lourde porte se referme sur elle, une gardienne la fouille « avec des gestes vacillants d’oiseau affamé », elle se sent ensuite comme une enfant prise au piège dans des « corridors souterrains d’une perfection glacée ». Ainsi Goliarda Sapienza décrit-elle sa découverte de la prison dans son récit L’Université de Rebibbia. Le titre n’est sans doute pas ironique : l’emprisonnement est un apprentissage en même temps qu’une épreuve. Juliette Stella consacre sa thèse en littérature comparée à des femmes qui firent cette expérience – pour des motifs bien différents – et la racontèrent. Si certaines, telles Albertine Sarrazin et Goliarda Sapienza, sont célèbres, d’autres méritent sans doute d’être lues avec attention : Latifa Zayyat, Assata Shakur… La question centrale à laquelle toutes se confrontent est bien, écrit Juliette Stella, celle de la prison comme « lieu de recomposition identitaire et de résistance littéraire ».

Dans L’Astragale, La Cavale et La Traversière, l’héroïne-narratrice porte à chaque fois un prénom différent. Pourquoi, d’après vous ? Est-ce bien, posée ainsi, la question du genre littéraire : roman ? autofiction ? autobiographie masquée ?
En effet, dans ces trois romans publiés du vivant d’Albertine Sarrazin, l’héroïne s’appelle successivement Anne dans L’Astragale, Anick dans La Cavale et Albe dans La Traversière. Ces déclinaisons du nom rappellent celles de l’auteure dans la « vraie vie » : d’abord nommée Albertine Damien par l’assistance publique, puis Anne-Marie Renoux par ses parents adoptifs et « Anick » dans l’établissement d’éducation spécialisée du Bon Pasteur, elle reprend le nom d’Albertine assorti du nom de famille Sarrazin alors que ses parents révoquent la procédure d’adoption et qu’elle épouse Julien.
Je crois que ce qui se joue dans ces variations n’est pas tant la question du genre littéraire que celle d’une identité qui se fait et se transforme, se recompose. Alors que l’incarcération implique une forme d’assignation identitaire au sens où elle fixe un statut (celui de détenue) et un nom officiel assorti d’un numéro d’écrou, figé dans les dossiers, Albertine Sarrazin se nomme elle-même de façon variable, dans ses romans mais aussi dans ses journaux, où elle s’adresse souvent à elle-même à la troisième personne. Elle s’approprie ces changements de nom forcés ou choisis, et les déjoue en se désignant comme Albe ou comme Sarrazine, forgeant à travers ces changements une identité plurielle. Dans le cas de ses trois romans, on pourrait même voir dans cette évolution celle du nom assigné (Anne, celui qui a été choisi par ses parents adoptifs) au nom d’écrivaine, choisi, Albe, diminutif d’Albertine, qui fait référence peut-être à Aube d’Arthur Rimbaud dont elle connaissait l’œuvre par cœur.

Seriez-vous d’accord pour dire qu’elle n’écrit jamais vraiment contre la prison, plutôt dans et avec, en face d’elle ?
Je pense au contraire qu’Albertine Sarrazin écrit bien...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°235
6,90 
LMDA PDF n°235
4,00