La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Congo mon amour, Congo mon savon

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°2 | par Philippe Savary

L' Oeuvre poétique du Savon du Congo

A côté de cette oeuvre, « les surréalistes ne furent que les Thermidoriens de la révolution poétique moderne », prévient d’emblée l’éditeur.
Que répondre, sinon qu’il a raison ? Le savon comme objet bienfaisant ou comme représentation de l’épiderme individuel et collectif de la Belle Époque, est-ce des bulles ou du sérieux ?
L’entreprise d’exhumation menée par Marc Angenot n’est pas mousseuse. Raconter en quatrains et en alexandrins la Troisième République, ses moeurs, ses soubresauts, ses turpitudes, mais aussi la femme, à travers un pain de lanoline, fût-il aussi parfumé, est dans son procédé un tantinet précurseur. Au départ de tout ça, sans que l’on en connaisse les raisons exactes, une flopée de « rimeurs, bénévoles et anonymes » se sont lancés en 1880 dans un vaste élan lyrique à la gloire du savon du Congo, produit par la savonnerie Vaissier frères à Roubaix. Plus de six mille poèmes égayeront les colonnes de la presse parisienne jusqu’à la fin du siècle.
Marc Angenot n’en conservera que deux cents mais le ton est donné. D’un usage publicitaire à un précis de construction poétique, cette oeuvre, par définition atomisée, va bien vite s’ériger en un courant de pensée, sorte d’hédonisme républicain allant de la glorification de l’éternel féminin aux visions satirique des anti-patriotes.
En 76 pages, le lecteur traverse toute la culture de la république des trois Jules, des alcôves soyeux et enivrants des « cocottes » au départ en catimini du général Boulanger.
Résolument drôle et parfumé

L’Oeuvre poétique
du Savon du congo

Marc Angenot
Editions des Cendres
76 pages, 120 FF

Congo mon amour, Congo mon savon Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°2 , novembre 1992.