La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Mises au jour

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Thierry Guichard

Les Loups vont où ?

Depuis dix ans, Jean-Pascal Dubost explore les moments ténus de la vie. C’est corbeau (Cheyne, 1998) racontait ingénument l’arrivée d’un bébé corbeau dans la vie d’un jeune couple. Ardoise (Wigwam, 2000) faisait entendre la vie d’un bistrot.
Aujourd’hui Les Loups vont où ? regroupe sept séries de poèmes resserrés autour d’un motif : maisons singulières, transports (de la brouette aux « grolles »), etc. Chaque poème est composé d’une seule longue phrase qui creuse dans la langue comme une pelleteuse mécanique le ferait dans la terre. Ce qu’elle ramène est d’abord une matière brute : images, récits, sons, odeurs, souvenirs d’enfance. Le temps de la lecture, nécessairement répétée du fait d’une syntaxe non linéaire, organise alors la matière mise au jour. Le lecteur participe ainsi à une fouille de sa propre mémoire aiguillonnée par d’anciens mots inusités, d’autres dont le sens véritable échappe et auxquels s’associent alors des sensations. C’est bien d’une remontée à la surface de la page à laquelle on assiste, dans l’accompagnement de la phrase racleuse.
Ce déchiffrage conduit à d’heureuses surprises où l’humour se fait complice par la cocasserie des images ou les jeux sur les mots. Un repas peut devenir une épopée ramassée en une phrase ; la description d’Irlandais au sortir d’un pub se transforme en véritable voyage. Mais cet humour ne convoque pas la légèreté : il est grave en cela qu’il transforme le quotidien pour l’arracher au banal, à l’oubli, à la mort.
On retrouve ce même travail lexical et cette approche du réel et de la mémoire dans Fondrie, émouvant fruit d’une résidence d’écrivain autour d’une ancienne fonderie d’art. S’appropriant les mots du métier (« patouillet« , »javelotte », etc.) le poète met ce lexique à jour. Ce faisant, il met au jour tout un monde : avec ses morts et ses mots, ses gestes oubliés, ses accents. Et l’on éprouve la joie enfantine de découvrir un trésor.

Jean-Pascal Dubost
Les Loups vont où ?
Obsidiane
Fondrie
Cheyne éditeur
107 et 71 pages, 13,20 et 13,50

Mises au jour Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.