La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Escales lyriques

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Thierry Guichard

Depuis quinze ans, le poète Jean-Michel Maulpoix élabore une réflexion autour de la poésie. Mis radicalement à mal par les « modernes », le chant lyrique et la métaphore reviendraient selon lui -et selon ses voeux - dans le champ poétique contemporain. Avec Le Poète perplexe, le directeur de la revue Le Nouveau Recueil entrelace des courts textes aux registres différents. Si l’essai perd en unité, on ne se trouve toutefois pas dans une auberge espagnole. L’écrivain, en s’interrogeant sur la nature du poète, ne quitte pas des yeux l’aiguille d’une boussole qui indique son pôle favori : celui où fleurissent les mots « coeur », « amour » et « mélancolie ». On regrettera que l’essayiste n’ait pas plus débroussaillé son chemin : on avance dans une forêt de citations, comme si le guide se préoccupait surtout de signaler la richesse de la forêt ou hésitait sur le chemin à prendre. Du coup, le livre se fait plus descriptif que revendicatif (les guerres esthétiques seraient donc terminées ?). On y lit que la poésie naît du désir, de l’absence, d’une béance, d’une souffrance, d’un deuil : autant de banalités qu’on eût pu nous épargner.
L’intérêt se trouve plutôt du côté d’un Maulpoix lecteur. Pour analyser le parcours du geste lyrique dans l’histoire poétique, l’universitaire développe une réflexion autour de trois grandes figures : Baudelaire, Rimbaud et Mallarmé. Il décrit la mise à terre du lyrisme vertical (et son « instinct de ciel ») et avance l’hypothèse d’un axe horizontal pour définir le lyrisme moderne. Quitte à désigner Ponge comme lyrique…
On retrouve dans Chutes de pluie fine une construction similaire : recueil de notes prises en voyage, le livre donne à la fois le sentiment de l’errance et celui de la permanence. Où qu’il aille, c’est avec le coeur que l’homme voyage. On notera toutefois qu’il prend plus de soin à se regarder voyageant seul qu’à observer ses semblables. Comme si on ne partait que pour tenter de se trouver.

Jean-Michel Maulpoix
Le Poète perplexe
José Corti
Chutes de pluie fine
Mercure de France
376 et 176 pages, 18 et 15,50 euros

.

Escales lyriques Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.