La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un maniaque au pouvoir

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Ludovic Bablon

Le Général de Pouilloüe de Saint-Mars, délicat dieu de la guerre d’une époque pacifique, était un père attentif pour ses inactifs enfants les soldats. URDLA, en un sobre bouquin un peu trop cher, a rassemblé pour nous la production de ce « littérateur rigolo » (dixit Alphonse Allais) des années 1890. « À 20 ans, les jeunes cavaliers doivent être légers, souples, nerveux, vivaces, impressionnables, intelligents, et aussi élégants de formes que possible. Ils doivent, comme hommes, présenter les caractères du cheval de pur sang. » En bon chef de famille, Saint-Mars gère tous les aspects de la vie comme domestique du microcosme militaire, en ces temps sans combat. Dans une circulaire sur la confection du thé (après un autre document vraiment décisif qui réglemente la sieste du soldat), il déclare :
« 2° Le thé n’a pas besoin d’être sucré ou très peu. »
Phrase forte ! La mère-poule martiale indique de même quels soins le soldat devra apporter à ses mains, « cette partie du corps humain dont la structure est si admirable et dont le rôle est si incessant, si compliqué, si indispensable dans tous les actes de la vie militaire », ou à ses pieds, « Le pied, organe complexe, sensible à l’excès et généralement oublié et misérable au fond de son fétide logement » ; ou encore, le Général précise par quels actes la couturière militaire fabriquera les oreillettes qui protègeront les pavillons auriculaires (si délicats, si fragiles) de la 45e brigade d’infanterie.
Quand il part en retraite après des années de bons et loyaux services pépères, il écrit : « Pour moi, j’emporte l’inoubliable souvenir du soldat français, cet être intelligent (…) et qui meurt souvent obscur et radieux. » Comme en 14, en somme, dans la Somme. En résumé, la vie de caserne comme cocooning, l’ordonnance comme exercice de style précieux (« tout ce que je viens d’écrire n’est ni un ordre ni une instruction ferme, mais une causerie »), voilà cet évangile selon Saint-Mars, vraie curiosité et fort document sur la maniaquerie au pouvoir. Tout est dit ?
Rompez.

Circulaires et ordonnances
Général de Pouilloüe
de Saint-Mars
URDLA
106 pages, 18

Un maniaque au pouvoir Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €