La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Les passions d’Anaïs

février 2004 | Le Matricule des Anges n°50 | par Didier Garcia

Journal de l’amour

Journal inédit et non expurgé des années 1932-1939
Editions Livre de poche

Anaïs Nin (1903-1977) fut une diariste de la trempe d’Amiel : graphomane comme le fut l’écrivain suisse un siècle plus tôt, elle commença son Journal à l’âge de 11 ans pour laisser à sa mort l’équivalent de 35 000 pages.
Volet à part dans cette immense saisie du quotidien, hésitant entre l’autobiographie et la fiction, ce Journal de l’amour, non expurgé mais amputé ici de sa première section Cahiers secrets (Henry et June), couvrant les années 1931-1932, entraîne le lecteur dans l’extraordinaire vie sexuelle et sentimentale de celle qui n’aspirait pas à vivre « dans un monde ordinaire comme une femme ordinaire ». Elle y expose les « mensonges héroïques » qu’il lui fallait commettre pour pouvoir vivre trois liaisons en même temps (avec Henry Miller, Hugh Guiler son mari et Otto Rosenfeld, le psychanalyste autrichien), y décrit sa relation incestueuse avec un père qui l’avait pourtant abandonnée à l’âge de 9 ans, et y livre le récit stupéfiant de son avortement, réalisé volontairement lors de son sixième mois de grossesse. Tour à tour femme d’une nuit et compagne dévouée, analyste et névrosée, frivole et artiste (capable alors de pousser Henry Miller à donner le meilleur de lui-même), Anaïs Nin apparaît dans la richesse de ses contradictions, ne se montrant guère fidèle qu’envers son Journal, qui devient « un personnage » le 18 janvier 1936, et auquel elle confie : « t’abandonner revenait à abandonner toute une part de moi-même ».
Toutes ces pages ont beau croiser les présences légendaires d’Antonin Artaud, Brancusi, John Erskine, Frank Waldo, Gonzalo Moré, Chana Orloff et Rebecca West, elles n’en comportent pas moins des longueurs, ce qui est sans doute la loi du genre.

Journal de l’amour (1932-1939) de Anaïs Nin
Traduit de l’anglais par Béatrice Commengé
Le Livre de Poche, 1404 pages, 25

Les passions d’Anaïs Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°50 , février 2004.
LMDA papier n°50
6,00 €
LMDA PDF n°50
4,00 €