La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Paroles aux animaux

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91 | par Emmanuel Laugier

Simultanément à la nouvelle traduction (revigorante) que donne Frédéric Boyer des Confessions de Saint Augustin (retitrées Les Aveux), l’auteur publie un court texte où la part animale, autant que son versant singulier, est interrogée par la figure des Vaches. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un exercice de style, mais plutôt d’un ensemble méditatif, sorte de petit traité, où une véritable éthique s’élabore. La vache est ici l’archétype du rapport, devenu industriel, qu’entretiennent les hommes avec les bêtes élevées à des fins de consommation. Ce n’est donc pas la bête sauvage, et laissée à sa sauvagerie initiale, dont il s’agit, mais ce qui dans les espèces similaires à celles des vaches reste attaché, selon la 8e Élégie de Rilke, à l’ouvert par quoi toute bête est privée d’accès au passé comme à l’avenir. La vache a, malgré sa domestication, « toujours sa fin derrière elle/ et Dieu devant ; lorsqu’elle marche,/ elle va d’un pas éternel, comme s’écoulent les fontaines » (Rilke), elle ne fera jamais le mal. Là réside la douceur de son regard et l’infini où il se perd. Si « aucun être sur terre n’est aussi temporaire ni aussi transitoire qu’une vache », si elles sont « les premières à mourir », il n’y a alors « aucune raison de supposer que le type d’existence que nous associons à la notion de »personne humaine« soit réservé aux humains. Il peut désigner l’ensemble des vivants qui ont le sens de la durée et de la souffrance. Le type d’existence que nous associons à la »personne humaine« ne doit pas, ne peut en aucun cas servir de prétexte au massacre raisonné des vaches » écrit Frédéric Boyer. Ni non plus à penser qu’elles sont « pauvres en monde » (Heidegger), là où nous en serions riches. Parions plutôt qu’elles seront, au jour du jour, « sacrées dans l’existence collective et machinale ». Sacrées, comme l’âne Balthazar, « dans le repos indistinct de toute espèce sous les eaux de la pluie. C’est alors qu’en pleurs nous les appellerons dans les bois, dans les prés, dans notre ciel vide ».

Vaches de Frédéric Boyer, P. O. L, 62 pages, 10

Paroles aux animaux Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.