La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Fantomes

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Virginie Mailles Viard

Fantômes

Illustration(s) de Zivo
Editions En bas

C’est une œuvre à deux mains, celles de Jérôme Meizoz, écrivain et sociologue, et du peintre Zivo. Dans un atelier à Lausanne, ils ont écrit et dessiné les récits en creux des souvenirs d’enfance du narrateur. Comment parler du moment où la mort a frappé, un jeune frère, puis une mère, comment parler de ces fantômes qui nous habitent ? Dans cette plongée en eaux profondes, Fantômes est une belle réussite littéraire et esthétique. Parce qu’ils se sont rejoints tous deux sur cette frontière trouble de la mémoire des disparus, prêts à exhumer un monde enterré. Zivo n’a pas illustré Fantômes, mais rendu l’esprit de cette œuvre particulière. Ses dessins délicats et denses, sans noirceur, laissent toujours de la place au lecteur pour incarner les personnages.
Après Père et passe consacré à son père vieillissant, Meizoz retourne ici dans son village natal du Valais, où plusieurs générations de sa famille se sont succédé. Le recueil s’ouvre sur un Mardi Gras, où festoient les revenants - « Pour une fois que le village n’avait pas l’air d’une fourmilière abandonnée ! ». Voilà retrouvés le fils perdu, Michel le pêcheur emporté par sa besace trop lourde, et les trois sœurs italiennes mortes de tuberculose, « Tous leurs visages, intacts ! Comme leur forme visible m’avait manqué ! ». La nouvelle « Quatre, cinq, six, sept » exige à elle seule d’ouvrir cet ouvrage. Sans que rien ne soit jamais dit, lors de ce repas familial où l’on attend le retour du frère pour « rejoindre les plats fumants », plane l’ombre de l’irréversible. « (…) nos questions se cognaient à la vitre. Le retour imprévu nous laissait sans voix, on avait lâché nos jouets. » Le texte file comme du sable entre les doigts, ne laissant de tangible dans ce monde où tout s’enfuit, que des êtres trop tôt enlevés. Jérôme Meizoz sait suspendre le temps, ou l’étirer à volonté. Entremêlés aux dessins habités de Zivo, les jetés d’écriture de Meizoz creusent un sillon profond qui « vous entre dans le corps peu à peu ».
fantômes
de jérome meizoz et zivo
Éditions d’en bas, 75 pages, 18

Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115 - 6.50 €
LMDA PDF n°115 - 4.00 €