La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Epiphanies

juin 2016 | Le Matricule des Anges n°174 | par Anthony Dufraisse

EPIPHANIES
DE JAMES JOYCE
Traduit de l’anglais (Irlande) par Jacques Aubert, Trente-trois morceaux, 46 pages, 15 e

Les petits éditeurs font vivre l’œuvre de James Joyce. Il y a peu, les éditions Multiple nous donnaient les quelques feuillets formant Giacomo Joyce. Aujourd’hui, ce sont les éditions Trente-trois morceaux, sises à Lyon, qui nous proposent Épiphanies, un ensemble de fragments faisant découvrir le Joyce des débuts. La signification du mot épiphanie sous la plume de l’écrivain irlandais nous est donnée par cet extrait tiré de Stephen le Héros, comme le rappelle l’éditeur : « soudaine manifestation spirituelle se traduisant par la vulgarité de la parole ou du geste ou bien par quelque phase mémorable de l’esprit même. Il pensait qu’il incombait à l’homme de lettres d’enregistrer ces épiphanies avec un soin extrême car elles représentaient les moments les plus délicats et les plus fugitifs ». Au nombre de quarante, ces épiphanies forment une constellation d’instants suspendus. Par moments, on croirait à des récits de rêves dont la logique un peu surréaliste ne peut être que secrète, codée. Descriptives ou dialoguées, méditatives ou poétiques, ces séquences illustrant l’infra-ordinaire amorcent autant de trames romanesques, annonçant déjà les voies empruntées plus tard par le Dublinois dans ses œuvres phare. Voilà de bien étranges et envoûtantes notations narratives où, souvent, la présence se fait incertaine, fugitive, un peu spectrale. Ici et là les silhouettes aperçues sont presque toujours absentes, en sursis, fantomatiques. Cueillies en bouquet il y a plus de cent ans, ces épiphanies sont des pétales qui mènent à Ulysse et Finnegans Wake.
Anthony Dufraisse

Le Matricule des Anges n°174 , juin 2016.
LMDA papier n°174
6.50 €
LMDA PDF n°174
4.00 €