La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie C’est du propre - Traité d’onosmatique amusante

janvier 2021 | Le Matricule des Anges n°219 | par Éric Dussert

C’est du propre - Traité d’onosmatique amusante

Depuis plusieurs années, Jacques Barbaut s’amuse en entomologiste de la langue. Il ausculte les lettres de l’alphabet comme des bestioles et en fait des poèmes. De sa collection, il a déjà détaché le H et le A dans les recueils A As Anything. Anthologie de la lettre A (Nous, 2010) et H ! Hache ! Hasch ! Hallucinations de la lettre H (Nous, 2016). Il est ensuite passé au traitement des vingt-six déesses du mont Alphabet (Alice à Zanzibar, Aethalidès, 2017), et, de tempérament collectionneur, a focalisé sur les patronymes, et en particulier sur le sien, objets textuels qu’il semble avoir du mal à ne pas considérer comme un puissant vecteur d’inspiration. D’où C’est du propre, son Traité d’onomastique amusante où s’enquille une théorie de confrères marqués par des noms de famille cocasses, problématiques ou riches de sens… Le moindre n’étant sans doute pas Pessoa et sa malle pleine d’hétéronymes. Au travers de pages nourries de citations de listes et de mises en parallèles, on trouve aussi Pierre Barbaud, musicien cybernétique, Breton et sa liste d’abonnés du téléphone, Cécile Guilbert nous expliquant ce qu’est un swift en anglais avant d’être un grand auteur irlandais, Ponge et son fameux savon, auquel répondent Derrida et le Signéponge, et puis ce fragment de Claude Lévi-Strauss rappelant que, « En français, le moineau est Pierrot, le perroquet Jacquot, la pie Margot, le pinson Guillaume, le troglodyte Bertrand ou Robert, le râle d’eau Géraldine, le chevêche Claude, le grand duc Hubert, le corbeau Colard, le cygne Godard… » (La Pensée sauvage). Autant de savoirs que Barbaut, fine mouche, compile à l’usage de ceux qui s’interrogent : mais de quoi sommes-nous donc le nommé ? Et il s’amuse Barbaut, avec Doyon et le nom du mac, avec Lacan et celui du père, avec Lorette et le prénom de la prosatrice Nobécourt, ponctuant de fantaisies variées son opus. Il nous avait prévenus : « Il ne faut pas confondre les parois de la grotte de Lascaux avec les parois de la glotte de Barbaut. » Probable explication au fait qu’« Henri Calait » quand « Alphonse Allait »…

Éric Dussert

C’est du propre
Traité d’onomastique amusante

Jacques Barbaut
Nous, 208 pages, 20

Le Matricule des Anges n°219 , janvier 2021.
LMDA papier n°219
6.50 €
LMDA PDF n°219
4.00 €