La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le citoyen des wagons-lits

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Éric Dussert

Pages de journal, Londres 1919

La Force et l’outil

Le 24 septembre 1919, Valéry Larbaud qui a entrepris de traduire l’œuvre de Samuel Butler est à Londres pour se documenter. Lecteur averti et romancier novateur, il tient trop à la littérature pour régler de loin les détails d’une traduction. S’il est très sensible aux charmes de Gladys et de cette ville qu’il connaît bien - « Londres me remplit de courage et d’ardeur au travail » écrit-il - il n’en omet pas de noter dans son journal les informations obtenues sur l’auteur de l’utopie Erewhon.
Outre le récit des attraits d’un séjour, les pages extraites du journal de Valéry Larbaud (1881-1957) offrent un bon aperçu de sa personnalité. Héritier des sources de Vichy, il entrevoyait sa postérité littéraire comme celle d’un « petit oublié du commencement du XXe siècle ». Affligé d’une réputation de cosmopolite dilettante qu’il devait à son roman, le Journal intime de A. O. Barnabooth, il se présentait comme le « citoyen des wagons-lits », ce qui ne constitue pas en soi un programme d’écriture. Cependant, Larbaud a fait du prosélytisme son credo littéraire au détriment de son œuvre personnelle. Ses critiques - on connaît le recueil de ses articles Ce vice impuni, la lecture - et ses traductions sont celles d’un militant productif qui a introduit Svevo, Hardy, Gomez de la Serna et Joyce en France.
« C’est étonnant comme ça prend vite l’air d’un métier, d’une affaire, la littérature ! » Pour ce passeur de textes, elle est l’objet d’un questionnement constant.
Dans la Force et l’outil, un inachevé des années 1927-1931, Larbaud interroge les conditions de production de l’écrit à travers le cas des romans du plat Jules B. et pose cette question : le génie littéraire est-il inné ou se base-t-il sur une culture de lecteur ? Un cas d’école en somme.
Il faut signaler aussi la réédition de deux écrits de jeunesse (80 FF chacun) : les Portiques, premier recueil poétique renié, et Les Archontes ou la liberté religieuse, une pièce de carabin à la manière du XVIIIe siècle.

Pages de journal, Londres 1919
La Force et l’Outil
Valéry Larbaud

Éditions des Cendres
8, rue des Cendriers 75 020 Paris
88 et 56 pages, 100 FF chacun

Le citoyen des wagons-lits Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.