La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Pasolini en enfer

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Gilles Magniont

On ne découvrira pas ici les thèses d’un maître à penser, pas plus que l’expression d’une pensée politique érigée en système. Inédits en français, tous les textes du
recueil -entretiens, conférences, articles- se situent au cœur d’une période fébrile et confuse de l’histoire italienne -entre 1958 et 1975-, époque sur laquelle un écrivain-réalisateur qui se dit « moraliste enragé » projette de passionnelles images. Mépris pour les étudiants contestataires de 68, « fils à papa » auxquels il préfère les « miliciens prolos », écho de ses démêlés humiliants avec la censure, lors de « l’affaire Théorème » qu’il vit « sous le signe de la terreur », ou encore hommage appuyé aux signataires du Manifeste des 121 : toutes ces références à une histoire déjà oubliée intéressent, mais c’est surtout la stature de Pasolini qui fascine ; un Pasolini aux allures de mythe -homme « seul », « terrorisé », opposant un refus « total et absurde » aux pouvoirs, aux institutions, aux hommes (experts, politiques, intellectuels), tous acharnés à subir et produire « un ordre horrible ».
Un lien tragique semble alors faire se rejoindre le premier et le dernier texte. « Contre la télévision », à l’ouverture, donne son titre au recueil ; c’est une énorme colère face à la machine de vulgarité inquisitoriale qui bannit le « sacré » et les « visages ». Nouvel appareil fasciste, exaltation de l’homme quelconque, la télévision, dans son réalisme petit-bourgeois, ne « voit » rien. Pier Paolo, lui, semble bien voir au point de s’en crever les yeux. Dans un ultime entretien -propos recueillis le 1er novembre 75, quelques heures avant sa mort-, nous le voyons descendre en enfer. D’une façon bouleversante et divinatoire, il décrit ce qui lui apparaît « l’évidence » : l’eau « monte », dit-il, le menace et nous menace tous.

Contre la télévision
Pier Paolo Pasolini
Traduit de l’italien par Caroline Michel
et Hervé Joubert-Laurencin
Les Solitaires intempestifs
104 pages, 13,50

Pasolini en enfer Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €