La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Spleen de la soutane

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Gilles Magniont

1924, c’est le bon temps. Qu’un jeune abbé tourmenté s’amourache d’une starlette de l’Odéon, qu’il la rejoigne en smoking dans un restaurant-dancing et qu’il se retrouve en conséquence « désensoutané », le voilà projeté, photo à l’appui, en couverture de La Revue surréaliste ! On imagine sans peine à quel point Breton et ses amis se félicitèrent de la nouvelle recrue : pensez, l’odeur de la messe noire, c’est inespéré… Jean Genbach (1903-1979), drôle de troisième couteau du mouvement, revient ici sur sa rencontre traumatique avec l’actrice, comme plus généralement sur l’angoisse qui le ronge. On trouve finalement de tout, dans ce qu’il nomme lui-même une « bouillabaisse blasphématoire » : de la prose et des vers, des considérations générales sur l’époque « automatique et sans âme », les visions hallucinées d’une errance dans Paris, et même Aragon souriant « derrière un seau à champagne ». Malgré ce champagne, l’auteur -qui connut l’asile et la prison- a quand même l’air bien malheureux ; son texte est cependant singulièrement rythmé, comme un air de jazz qui mêlerait la « mélancolie du cocktail » et la « triste griserie des bras nus » au « spleen de la soutane ». « On s’ennuie au Séminaire/ les nénuphars ont une odeur d’adultère » : certes, cet ennui emprunte des accents mineurs (il n’est sans doute pas nécessaire de hisser Genbach au paradis des Lettres), mais la coquette réédition de Satan à Paris vaut quand même le coup d’œil. On s’arrêtera, ici ou là, sur certaines associations qui font la guirlande surréaliste : « et moi/ Abbé de l’abbaye/ à l’agonie/ je désire qu’on récite les litanies/ de la chaîne de bicyclette/ des Citroën en série ».
Et l’on s’amusera ou l’on s’attendrira encore, c’est selon, d’une anxiété cocasse -« Où sont-ils, ceux qui ont une guitare hawaïenne dans le ventre ? »- ou d’une proposition enfantine : va pour les écureuils donnant « une soirée de gala, une soirée de noisettes »

Satan à Paris
Jean Genbach
Passage du Nord/Ouest
118 pages, 13

Spleen de la soutane Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €