La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Ante Choron

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Gilles Magniont

Grobianus : Petit cours de muflerie appliquée pour goujats débutants ou confirmés

In media quando iam coperis ire platea/ Et fuerit sumpti nausea facta cibi/ Deice per vomitum », voilà qui ne nous parle pas forcément. Mais si l’on s’éloigne un peu du latin, l’horizon s’éclaire : «  Dès que tu auras commencé à marcher dans la rue et que ton repas t’aura donné la nausée, évacue-le en vomissant ». Merci donc à Tristan Vigliano pour avoir traduit et commenté Grobianus, manuel de Friedrich Dedekind paru en 1549 et qui n’avait pas connu jusqu’à ce jour de translation en français. Il connut en son temps un beau succès : c’était alors la vogue des traités de civilité, dont Erasme avait donné le modèle avec sa Civilité puérile. L’originalité de Dedekind, c’est de fonctionner par antiphrase, en feignant d’enseigner la muflerie pour mieux la conjurer ; le maître ironique entend «  dépeindre dans ses couleurs originales l’ignominie de mœurs repoussantes, afin qu’elle soit vue par tous et que par conséquent, on se sente tenu de la fuir ». Programme qui laisse toute latitude une peinture complaisante… Comme le remarque Vigliano, il «  semble bien que Dedekind éprouve quelque délectation à décrire par le menu les divers vices et marques de rusticité ». Voguons donc vers une (dé)réglementation de la longueur de la morve et de l’amplitude du rôt – sans oublier le meilleur moyen d’indisposer les convives ou de gâcher une soirée. Comme dans de nombreuses proses de la Renaissance, on ne sait trop l’intention dernière de l’auteur : la redondance des propos signale-t-elle un abandon à une rhétorique bouffonne ? S’agit-il de stigmatiser, sous un jour luthérien, une humanité déchue ? Toujours est-il qu’à nos yeux, Grobianus paraît bien avoir annoncé les principes du grunge«  déchirer ses vêtements dans tous les sens a, de nos jours, je ne sais quoi de glorieux » – comme les attributs du gay – «  Etre accompagné par un chien-chien qui fait les délices de son maître n’est pas mal vu ».
Gilles Magniont

Grobianus. Petit cours de muflerie appliquée pour goujats débutants et confirmés de Friedrich Dedekind
Traduit par Tristan Vigliano, Les Belles Lettres, 224 p., 23

Ante Choron Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73
6,50 
LMDA PDF n°73
4,00