La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Défigurations du réel

juillet 2011 | Le Matricule des Anges n°125 | par Jérôme Goude

Entre le portrait kaléidoscopique d’un père maniaco-dépressif et le soliloque carcéral d’une anti-héroïne, Gwenaëlle Aubry déchire le masque du conformisme. Double réédition.

L' Isolée (suivi de) L’Isolement

Le jeu social exige un rapport manifeste aux semblants, voire à la mascarade. Il requiert de chacun une certaine aptitude à endosser correctement un rôle sur la scène publique ou privée. D’aucuns sont les dupes de cette tragi-comédie du vivant. D’autres, plus clairvoyants, en souffrance, refusent de s’y soumettre aveuglément et, par effraction ou avec force pieds de nez, incarnent douloureusement cet inconciliable tiraillement entre mensonges et vérité. Depuis la publication du Diable détacheur (Actes Sud, 1999), premier roman narrant la passion tumultueuse d’une « barbare » âgée de 18 ans et d’un homme mûr, Gwenaëlle Aubry guette « ce qui sourd derrière les visages familiers, les jardins glorieux, les chairs apprêtées, ce qui menace de l’autre côté des miroirs ». Avec Personne, L’Isolée et L’Isolement, qui reparaissent aujourd’hui en poche, elle esquisse les traits, saillants ou troubles, de deux autres figures de l’écart, de la marge.
Au gré des vingt-six lettres de l’alphabet – « S » comme SDF, « C » comme Clown, « A » comme Artaud, etc. –, la narratrice de Personne collecte les diverses facettes en trompe-l’œil de son propre père, ex-homme de loi intrépide. Elle tente de recomposer le puzzle incomplet des doubles imaginaires de ce grand Arlequin mélancolique qui, au rebours de son dernier séjour en HP, fut « vidé de l’abcès d’être quelqu’un ». Sorte de « De profundis » en deux temps, L’Isolée et L’Isolement explorent, par la voix de Marguerite Sommer, le quotidien infernal d’une prison pour femmes ; quotidien régi par la loi des gardiennes, « cyclopes » scrupuleux. Au-delà de la référence implicite aux crimes commis par Audry Maupin et Florence Rey le 4 octobre 1994 à Paris, ces deux récits entonnent le chant poignant d’une réprouvée, trop tôt « plaquée au réel, à l’innocence bafouée, à la mort prochaine, au mal récompensé, à la valeur vaine ».


Personne gravite autour de la figure de votre père : François-Xavier Aubry, sorte de funambule « sur la corde raide de son délire », de grand enfant mélancolique. Qualifieriez-vous pour autant ce roman éclaté d’autobiographique ?
Je dirais plutôt que Personne gravite autour d’une place vide. Et il y a toujours pour moi quelque chose de troublant à voir cette place désignée d’un nom propre. Il est vrai que ce nom est une fois prononcé, mais quand il l’est, c’est comme celui d’un autre, d’un double aux contours de légende : le Napoléon du grand Nord. Le projet du livre n’était en rien autobiographique. Je me souviens d’avoir d’emblée noté dans un carnet de travail : « Il n’y aura pas de place ici pour les souvenirs d’enfance. » Je me souviens d’avoir résisté tant à l’idée du roman de deuil qu’à celle du récit de vie. Je suis partie d’un manuscrit de mon père, qui lui-même n’était ni un journal intime, ni une autobiographie, mais plutôt quelque chose comme le face-à-face d‘un être avec sa propre absence ; une absence conjurée par la convocation de grandes figures,...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°125
4,00