La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le Temps de la sottise

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Jean Laurenti

Le Temps de la sottise

S’il avait vécu quelques années de plus, Guérin aurait tiré de ces carnets de guerre un roman charge sur la débâcle de 1940. Soldat d’une division errant à l’arrière du front de l’est, il est témoin de la sottise à l’œuvre dans la chose militaire, longtemps masquée par les discours élogieux. « Ah ! certes, la guerre est belle, Monsieur de Montherlant », rugit-il en observant dans un coin des Ardennes la destruction, la détresse. L’auteur alterne méditations salutaires sur la bêtise humaine (détruire pour reconquérir, puis reconstruire, engloutir dans la guerre un argent qu’on n’avait pas pour la santé, l’éducation, les loisirs) et tableaux des méfaits accomplis : villages saccagés par les soldats venus s’y reposer, incapacité de la hiérarchie militaire, abus de pouvoir, misère des vaincus. Parfois, entre deux salves, le paysage prend l’apparence d’un tableau de Corot, de Chardin ou de Greuze ; on déguste des cerises ou des fraises sous les obus ; le visage d’une infirmière, la silhouette d’une serveuse apportent un instant de grâce. Mais le constat final est sans appel : « C’était la grande désolation de la guerre. Insolente, la sottise des hommes s’étalait ».

Le Temps de la sottise
Raymond Guérin
Le Dilettante - 120 pages, 13

Le Temps de la sottise Par Jean Laurenti
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €