La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Sans javel

septembre 2003 | Le Matricule des Anges n°46 | par Éric Dussert

Microbes d’antan

L’atome est notre hantise, le microbe était celle de nos ancêtres. Trois nouvelles repêchées par Christian Laucou le confirment amplement. Ce sont les pages de Paris-Magazine (1873), de La Lecture (1891) et de La Vie heureuse (1904), publications familiales d’antan, qui lui ont offert de quoi composer un petit volume vivant, pour ne pas dire grouillant. Curiosité délectable, le texte d’H. G. Wells, « Un blanc qui deviendra nègre », relate l’histoire d’un anarchiste bleu-bite bien trop nihiliste qui s’empare d’un bouillon de culture inoffensif… mais colorant, lequel, généralisé, aurait fait les délices de la préfecture de police. Gaston Vassy (1847- ?) quant à lui présente un Faust narquois au savant Cornélius Schültz, vilain orgueilleux qui sombre dans le crime parce qu’on s’endort à la lecture des vingt-cinq volumes de son traité sur L’Influence des animalcules sur l’équilibre de l’âme. Mais la plus terrible des trois imaginations est celle de Charles Epheyre (1850-1935) qui savait de quoi il causait puisqu’il reçut en 1913 sous son nom véritable (Charles Richet) le prix Nobel pour ses travaux d’anaphylaxie. Il est probable que le jury suédois aurait élu un autre candidat s’il avait connu les ravages causés par son imaginaire et microscopique créature nommée Morti-fulgurans (Koussmi-Kousmi pour les victimes). Une dernière chose : après lecture de ce virulent régal l’éditeur conseille de se désinfecter les mains. N’oublions pas les bienfaits de l’hygiène : éradiquons ces microbes avant qu’ils nous croquent.

Microbes d’antan par Christian Laucou
Ginkgo éditeur - 93 pages, 9

Sans javel Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°46 , septembre 2003.
LMDA papier n°46
6.50 €
LMDA PDF n°46
4.00 €