La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Claude Esteban
« Une transparence rêvée »

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73

> jean-yves masson *

En quoi l’expérience de la traduction a nourri ses poèmes ?
Claude Esteban a raconté dans Le Partage des mots comment le bilinguisme avait été pour lui le plus difficile obstacle à surmonter pour accéder à sa vocation de poète. Le choix de la langue française s’est effectué pour lui au terme d’une expérience proche de la « nuit obscure » de Jean de la Croix, de l’abîme intérieur en tout cas ; et il disait volontiers, quand on l’interrogeait sur la traduction, que c’était seulement à partir de ce choix qu’il lui avait été possible d’être traducteur. Le bilinguisme total empêche, en effet, le processus de traduction, contrairement à une idée reçue. Pour aller d’une rive à l’autre du fleuve, il est nécessaire d’avoir sa résidence d’un côté ou de l’autre ; si l’on habite au milieu, c’est-à-dire nulle part, on ne peut transporter personne.
Il est assez facile d’indiquer en quoi Claude Esteban a été poète dans ses traductions : leur qualité le prouve, ainsi que le choix des auteurs. Il n’a traduit que des poètes majeurs. Des sonnets du Siècle d’Or aux visions de Vicente Aleixandre, c’est la même exigence. Pour avoir siégé plusieurs années à ses côtés au jury du Prix Nelly Sachs, le seul prix de traduction de poésie existant en France, je peux témoigner de ce goût très sûr qui était le sien. Il savait juger du travail de traduction pour bien d’autres langues que l’espagnol. Et il n’aurait sûrement pas été l’essayiste, le théoricien qu’il a été (il faut dire bien haut que Critique de la raison poétique est un très grand livre !) s’il n’avait pas eu la maîtrise du grec, du latin, de l’anglais (n’oublions pas qu’il a traduit aussi John Montague ou T.S. Eliot).
Mais il est plus difficile de cerner en quoi l’expérience de la traduction a nourri ses poèmes. Je dirais d’abord que c’est en traduisant qu’il a pris conscience d’une dimension orale de la poésie qu’il était d’abord plutôt porté à fuir, et qu’il a transférée ensuite, l’ayant affrontée dans la traduction, à ses propres poèmes. En second lieu, j’aimerais émettre une conjecture, en me réservant la possibilité de la développer un jour. Un des grands thèmes de sa poésie, c’est la dualité entre opacité et transparence. Opacité du corps, de la peinture, de la glaise mortelle et transparence rêvée, peut-être impossible, qui serait celle de Dieu, si l’on pouvait y croire. La peinture, qu’il a tant aimée, est ce qui nous fait (parfois du moins) pressentir cette transparence à partir de l’opacité même. Or ces deux notions prennent un relief particulier dans la perspective de la traduction qui est à la fois l’épreuve de l’impossibilité de la transparence (d’une langue à l’autre il y a de l’opaque, la chair des mots est irréductible à leur sens) et l’obligation de maintenir cette transparence comme utopie (si je me résignais à l’opacité, c’en serait fait de l’universel).
C’est le croisement de ces exigences que je crois retrouver au cœur de son...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°73
6.50 €
LMDA PDF n°73
4.00 €