La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Bienfaits libertains

mai 2006 | Le Matricule des Anges n°73 | par Richard Blin

C’est une véritable faveur que nous fait Patrick Wald Lasowski en nous offrant, après Le Traité des mouches secrètes et Le Traité du transport amoureux, cent délicieuses petites pages tournant autour de cet art du plaisir dont le XVIIIe siècle a fait une de ses spécialités, lui qui a mis la bibliothèque dans le boudoir et conjugué le désir à toutes les formes de civilité. Cent pages nouant et dénouant le ruban des faveurs, depuis celles qui «  amusent les désirs (mais les amuser, c’est les accroître et réclamer des faveurs nouvelles) » – jusqu’à l’ultime. Cent pages de frémissements, d’enfièvrement, d’audace et de défi, où l’esprit le dispute sans cesse à l’avidité, et où l’élégance et la lucidité sont les marques d’un véritable art de vivre.
Car en ce siècle qui vit la conjonction des Lumières et du libertinage, on sut associer le plaisir sensuel à un jeu et à des rituels où le goût, le dit et le non-dit avaient autant de place que le désir. Un plaisir sans culpabilité, sans confusion des sentiments – «  Des faveurs, tant que vous voudrez. De l’amour ? N’y comptez pas » –, mais passant par des délais, des résistances, des caprices, des faveurs et des disgrâces. Parce qu’«  accordée, refusée, la dernière faveur ne prouve rien » : elle participe du marché du plaisir, du «  commerce généralisé (des biens, des idées, des plaisirs) ». Convoquant Crébillon, La Bruyère, Montesquieu, Sade et quelques-uns des Romanciers libertins du XVIIIe (dont il dirige l’édition, dans la Pléiade), Patrick Wald Lasowski s’amuse à dénuder les termes, à évoquer ce qui nous hante tous : l’ultime faveur, celle qui tient aux manières de jouir, et dont Rousseau osa l’aveu – cette fessée reçue à 8 ans « par la main d’une fille de trente ans » et qui décida de ses goûts, de ses passions.
Richard Blin

L’Ultime faveur
de Patrick Wald Lasowski
Le Promeneur, 112 pages, 17,50

Bienfaits libertains Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°73 , mai 2006.
LMDA papier n°73
6.50 €
LMDA PDF n°73
4.00 €