La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Double enfance

mai 2003 | Le Matricule des Anges n°44 | par Emmanuel Laugier

Contes de fées - 16 poèmes enfantins

Les éditions Clémence Hiver publient, après Je : six inconférences (2001), également traduit et présenté par Jacques Demarcq, l’un des plus fins connaisseurs de l’œuvre du poète américain E. E. Cummings, un livre quasi-objet superbe accompagné de 12 dessins de Macha Poynder. Les quatre Contes de fées et les 16 Poèmes enfantins, deux ensembles de textes à l’origine séparés, forment une ballade sûre et un livre de haute enfance. Il est question ici de toucher ce qui se trame dans la pure sensibilité des enfances, au-delà de la grille du cerveau adulte. Si les poèmes traversent les thèmes de l’amour, du paysage, de la nature, des animaux, s’ils font des rimes, des rondes, etc., s’ils jouent sur les répétitions, sur la dynamique du sarcasme et de l’humour, Cummings déplace sans cesse les clichés et les lieux communs pour saisir la vitesse même par laquelle l’enfant perçoit le monde. Exemple, à propos de souris : « petites agitées/ sorcières et tintinabulantes/ lutines/ à tu et à toi à tu et à toi// petites hop-hop heureuses/ flatteuses en flanelle/ flanelle/ petites gratteuses souriquoises// aux yeux qui/ se carapatent crissent et courent// et/ cachecachecachent/ droppent/ droppent ». Ou encore, à propos de regards, de paysages et du rapport père/fils : « qui(est ?sont)qui// (deux têtes à une fenêtre/obscure)ce père et son/ enfant qui observent les flocons/ (tomber & tomber & tomber)// yeux yeux// regardent(tou/jours)tandis/ que terre et ciel font/ un avec mer », jusqu’au très beau vers final :
« ToutUnpèreenfantéChacun ». Les contes (écrits pour sa fille Nancy dans les années 50… qui ne sut que tard qui était son père) sont aussi forts par les questions qu’ils soulèvent, surtout le premier et dernier, dans lesquels le « pourquoi » inlassable d’un vieil homme devient, rejeté en enfance, la balade de Moi cherchant un « tu » à qui parler. Cummings, ici, touche le grain d’une voix douce comme les oreilles d’une petite souris de nuit. Et c’est assez pour éveiller.

Contes de fées/16 PoÈMes enfantins
E. E. Cummings
Traduits de l’américain
par Jacques Demarcq
Clémence Hiver
90 pages, 30

Double enfance Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°44 , mai 2003.
LMDA PDF n°44
4.00 €