La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions POL

A propos

P.O.L. : la petite fabrique de littérature En onze ans, P.O.L. est devenu un laboratoire incontournable pour le renouvellement des Lettres. Sans pour autant revendiquer un quelconque label. Chez P.O.L., la curiosité et le risque semblent être des investissements productifs. Ma vision de l’édition s’est ouverte et en même temps précisée. Je sais maintenant que la frontière ne se situe pas entre les livres difficiles et ceux qui s’adressent au plus grand nombre, mais entre les bons et les mauvais livres. » Ces propos de Paul Otchakovsky-Laurens, publiés en novembre 1982 par Livres hebdo, le directeur des éditions P.O.L. est prêt à les signer aujourd’hui encore. Car ils ne forment pas une boutade : pour preuve, la concomitance sous la couverture blanche d’auteurs comme René Belletto, Danielle Sallenave, Hubert Lucot ou Olivier Cadiot. Pour preuve encore, le...
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6

Une écoute attentive

En 11 ans, P.O.L. a publié une vingtaine d’ouvrages dont les manuscrits sont arrivés par La Poste. Aujourd’hui ce sont près de deux mille envois par an qui arrivent 8, Villa d’Alésia dans le 14e. Chaque manuscrit est, dès réception, répertorié sur le réseau informatique de la maison. Grâce à un logiciel efficace, le nom et l’adresse de l’envoyeur, le genre de l’ouvrage (de roman à projet...
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°6

Ouvrages chroniqués

Index alphabétique des titres

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y

F

Face à Giacometti
de Jacques Dupin
2022
Lmda N°234
Tresse et détresse de la lumière
Article non disponible
Fairy queen
de Olivier Cadiot
2002
Lmda N°41 Après Retour définitif…, Fairy queen achève de faire exploser le passé dans le présent. Et comporte une invitation à déjeuner chez Gertrude Stein. Tenue correcte exigée ?. Comment s’arrêter d’écrire un livre ? Quand décider de quitter l’espace exploré dans ses phrases ? Comment quitter cette douceur, expansion illimitée des possibilités d’association, comment redescendre ? Comment vivre après ? Lendemain de fête difficile. Jambes lourdes, neurones endoloris. Recommencer ? Après avoir passé près de cinq années à écrire Retour définitif et durable de l’être aimé,...
On dansera
novembre 2002
Le Fauteuil de Bacon
de Sébastien Brebel
2007
Lmda N°81 Le deuxième roman de Sébastien Brebel est aussi étrange, prégnant que prenant. Récit d’un face-à-face, où l’écriture se joue d’elle-même. De quel Bacon s’agit-il ici ? De Francis. Mais lequel, le philosophe ou le peintre ? Il s’agit du peintre, on va voir pourquoi. Le fauteuil dont il est ici question n’est guère plus qu’un fauteuil à accoudoirs. Celui qui l’occupe, en revanche, lui est un peu spécial ; étrange personnage que ce dénommé Sauvage, et du reste bien nommé. L’homme vit en effet reclus chez lui, retranché au milieu...
Un fauteuil sans pieds
mars 2007
Fever
de Leslie Kaplan
2005
Lmda N°60 Existe-t-il des actes gratuits, dénués de sens ? Dans un livre qui épouse les gestes et la pensée des protagonistes, Leslie Kaplan compose un récit d’une grande intensité, où la question de la responsabilité de chacun est prolongée par celle de la transmission : comment les crimes d’aujourd’hui se conçoivent à l’ombre de ceux qui, par le passé, n’ont jamais été assumés. Deux adolescents à quelques semaines du baccalauréat, deux amis, deux presque frères. Ils sont dans le temps éphémère de la grâce, ce mélange de maladresse et de vivacité, d’ingénuité et de sérieux qu’on peut avoir quand on a 17 ans. On est au printemps, et ce sera le temps des assassins. Damien et Pierre arpentent en tous sens leur quartier, Montparnasse, Raspail, Quinet, Huyghens,...
Petit meurtre à Paris
février 2005
La Fille du père
de Laure Gouraige
2020
Lmda N°217 Premier roman émouvant d’une trentenaire qui dit l’emprise d’un amour paternel et les moyens par lesquels la jeune femme s’en émancipe. Tu laisses quelqu’un nager en toi, aménager en toi, faire du plâtre en toi et tu veux encore être toi-même ! » Si l’aphorisme de Michaux dans Poteaux d’angle décrit avec justesse ce qu’on nomme une relation d’aliénation, il peut soudain être délicat de trouver la bonne distance entre soi et l’autre lorsqu’il s’agit du père. C’est pourtant le défi que relève Laure Gouraige dans son roman. Sa...
L’écriture et la vie
octobre 2020
La Finitude des corps simples
de Claude Royet-Journoud
2016
Lmda N°174 Sous le signe de la disparition, La Finitude des corps simples de Claude Royet-Journoud persiste dans la voie sèche. En quatrième de couverture, on peut lire cette phrase : « C’est pourquoi à la question : à quoi sert le langage ? N’a qu’une réponse : A vivre. » Il s’agit d’une citation du linguiste Émile Benveniste dont les dernières années de sa vie furent marquées d’aphasie. Or c’est peut-être sous l’angle de ce terrible paradoxe qu’on peut tenter d’approcher La Finitude des corps simples. Le langage,...
Exercice d’absence
juin 2016
Fins
de Jacques Jouet
Lmda N°30 Avec Fins, Jacques Jouet signe un roman où rien de l’histoire ne semble tenir, non plus que les personnages, entraînés dans un mouvement légèrement rotatif, évanescents à force. Amoureux fantoches et fantômes, Axandine et Axandal, le docteur Doucement et madame, les deux couples de ce roman parlent beaucoup de l’amour, le faisant peu, s’égarent dans les voies tortueuses des complications...
Terminé
mars 2000
Fmn
de Pierre Alferi
1994
Lmda N°10 A32 ans, Pierre Alféri laisse déjà derrière lui deux essais, un livret pour pièce vocale, deux recueils de poésie chez P. O. L, des travaux de traducteur. A cela, il faut désormais ajouter un troisième livre de poèmes -Kub Or- ainsi qu’un premier roman, Fmn. De Fmn, à placer sous le signe du féminin, on ne peut séparer tout le travail précédent et notamment celui des livres de poésie. En...
Les cubes d’Alféri
décembre 1994
Formage
de Nathalie Quintane
2003
Lmda N°44 Dans "Formage", Nathalie Quintane pousse l’humour à froid jusqu’à refroidir toute possibilité de récit. C’est un livre à secouer avant d’ouvrir. Formage n’est pas le titre exact d’un livre. Ce n’est pas exactement le livre que vous lirez, c’est un livre dyslexique où par exemple on peut faire un personnage principal d’un homme qui se lève un matin et ne peut plus dire qu’un seul mot, « Orangina », ne pourra plus jamais répéter que ce mot, si bien qu’on aurait envie de le secouer parfois. Le personnage et le livre. Le personnage pour...
La politique du lapin
mai 2003
Frasques
de Hubert Lucot
Lmda N°38 Plus que jamais sur les traces de Marcel Proust, Hubert Lucot nous propose avec Frasques le livre qui, d’entre tous, fait la part la plus belle au passé et à la mémoire. Quand on évoque l’oeuvre d’Hubert Lucot, c’est généralement pour souligner ses caractéristiques formelles, pour vanter la phrase lucotienne comme on vante la phrase proustienne, c’est-à-dire pour ne pas dire ce qu’elle révèle et ce qu’elle nous apporte. L’écrivain lui-même a dû brouiller les pistes en formulant à travers des expériences originales comme celle du Grand Graphe ses démêlés avec...
Surcroît d’existence
mars 2002
Futur, ancien, fugitif
de Olivier Cadiot
Lmda N°3 Futur, ancien, fugitif est un livre coriace, dur, réticent à se laisser comprendre. Olivier Cadiot, avec un pinceau ferait des toiles non figuratives. Ici, la langue se dévêt de sa fonction de communication, elle reste, pantelante, comme un corps en décomposition qui laisse apparaître dans sa pourriture son essence même. Heureusement, l’auteur a la gentillesse de baliser de çà, de là son...
Ecrire écrit-il
janvier 1993

Auteurs