La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier La littérature nous sauvera
L’Accordeur de silences de Mia Couto par Catherine Simon

février 2019 | Le Matricule des Anges n°200

La littérature nous sauvera

J’ai rencontré Mia Couto en anglais, à Nairobi, à la fin des années 1980, via une médiocre traduction de La Véranda au frangipanier. Correspondante en poste au Kenya, je m’apprêtais à m’envoler pour mon premier reportage au Mozambique. Il fallait me nourrir. Je lus donc Mia Couto, par hasard – c’était le seul nom d’un écrivain mozambicain, que j’avais repéré dans la librairie où j’avais mes habitudes. Une écrivaine, en l’occurrence. Car Mia Couto était une femme, j’en étais sûre. Moins connue que Mia Farrow, that’s all.
Il me fallut du temps, à patauger dans la boue fabuleuse de la guerre, avec ses mutilés et ses bouis-bouis en ruine, où seuls les murs gardent la trace, sous la forme de dessins naïfs, de poulets frits et d’assiettées de riz, avec ses odeurs de charnier, ses fous en haillons, ses ciels plus gros que la mer, ses femmes devenues pierres et ses champs délaissés (à cause des mines), il me fallut du temps avant de prendre pied dans l’œuvre de Mia Couto. Cela se fit grâce à L’Accordeur de silences, superbement traduit par Élisabeth Monteiro Rodrigues, deux ans après sa parution en portugais. La boue fabuleuse de la guerre ? Oui. Cette atrocité majuscule, dont les Européens ont presque oublié l’odeur, habite la tête et le corps des gens du Mozambique. Autant que le soleil et le plaisir de vivre. En littérature, cette boue fabuleuse s’appelle Mia Couto. Né en 1955 dans ce coin d’Afrique colonisé par le Portugal et ravagé par des décennies de conflits, ce Mozambicain blanc, biologiste de formation, est un conteur hors pair. Ses histoires, pleines d’énigmes et de secrets, accusent et consolent. L’Accordeur de silences reste ma préférée. Je l’ai souvent relue, comme je relis Les Vagues de Virginia Woolf. Thriller poétique/politique, où s’entrelacent des langues et des modes de récit venus d’Afrique et d’Europe, mais aussi du Brésil, cet étrange huis clos familial tient en haleine le lecteur le plus paresseux. Je l’ai offert à mes proches et à mes amis. Qui l’ont offert etc. Ainsi font les grands livres, non ?
* Métailié, 2011

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°200
7.00 €
LMDA PDF n°200
4.00 €